Base de connaissances CCM
Internet - Web - Moteurs de recherche - Google




Sujet 152 - Google - Recherche de sites similaires

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

L'opérateur related: permet de rechercher les sites semblables au site spécifié.
Syntaxe à utiliser : related:adresse_du_site
Ex : related:[www.commentcamarche.net]
Remarque : Vous obtenez le même résultat lorsque vous cliquez sur "pages similaires".

Lire la suite

Google - J'ai de la chance »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 18 novembre 2009 à 20:28 par marlalapocket




Sujet 793 - Google - J'ai de la chance

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Vous avez peut-être remarqué, à l'ouverture de la page d'accueil de Google, le bouton "J'ai de la chance", mais vous ne comprenez pas son utilité.

Ce bouton vous envoie en fait sur la page correspondant au premier résultat de la recherche.

Cela peut être utilisé comme un moyen d'accéder directement à ses sites favoris. Voici un exemple d'usage :
Mettez Google en page d'accueil de votre navigateur. A l'ouverture du navigateur, si vous souhaitez aller sur CCM, tapez ccm dans le champ de recherche, puis cliquez sur "J'ai de la chance".

Si vous souhaitez aller directement sur le forum de CommentCaMarche, vous pouvez par exemple taper "forum ccm" !

Lire la suite

Google - Recherche d'une expression exacte »
Publié par Jeff - Dernière mise à jour le 2 novembre 2009 à 09:11 par spe2d




Sujet 795 - Google - Recherche d'une expression exacte

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]



Lorsque l’on souhaite faire la recherche d’une expression exacte, il suffit de mettre cette expression entre guillemets.
Exemple : "animal domestique" référencera uniquement les sites comportant l’expression "animal domestique".

Lire la suite

Google - Exclure un mot de la recherche »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:17 par crapoulou




Sujet 796 - Google - Exclure un mot de la recherche

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]



Lorsque l’on souhaite exclure un mot de la recherche, il suffit de faire précéder le mot exclus du signe -
Exemple : animal -chien
Ceci référencera les pages web comportant le mot "animal" et ne comportant pas le mot "chien".

Lire la suite

Google - Recherche sans précision »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:16 par crapoulou




Sujet 797 - Google - Recherche sans précision

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]



L’utilisation de l’opérateur OR (en majuscule) ("ou" logique) ou du caractère | (barre verticale, ou pipe) mis entre deux mots-clés permettra de rechercher les pages contenant au moins l’un des deux.

Exemples : domestique OR sauvage ou domestique | sauvage
Ceci référencera les pages web contenant "domestique" ou "sauvage" ou les deux.

Remarque : Cette astuce est automatiquement mise en œuvre par Google lorsque l’on fait une recherche avancée (à droite de la zone de texte et du bouton « rechercher »). De plus cette recherche avancée permet (si besoin est) de stipuler une date de dernière mise à jour, de spécifier si le/les mots-clés doivent apparaître dans l’URL, le titre, le texte, de limiter la recherche à un/des domaines précis, de trouver les pages similaires, etc …

PS : Pour écrire |, il faut appuyer en même temps sur Alt Gr + 6 (la touche qui se trouve en haut des lettres, pas celle du pavé numérique).

Lire la suite

Google - Minuscules, majuscules, accents, pluriels »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:18 par crapoulou




Sujet 798 - Google - Minuscules, majuscules, accents, pluriels

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]



Google ne tient pas compte de la casse des caractères.
Donc que vous utilisiez des majuscules, des minuscules ou les 2 mélangées vous obtiendrez
les mêmes résultats.

Google ne tient pas compte des accents, cédilles, tildes espagnols…
Ainsi, une recherche avec le mot « reve » ou « rêve » donnera des résultats identiques.
Cependant, il est possible de forcer Google à prendre en compte les signes diacritiques en
faisant précéder le mot du signe +. Par exemple, pour limiter votre recherche aux mots « rêve », il vous faudra inscrire dans la case de recherche : +rêve

Google n’emploie pas de lemmatisation, c'est-à-dire qu’il ne réduit pas les mots de
recherche ni au masculin, ni au singulier, ni les verbes à l’infinitif. Ainsi, la recherche avec le mot « animal » sera différente d’une recherche avec le mot « animaux ».
Cependant, il est possible d’élargir la recherche en utilisant le caractère de remplacement *.
Ainsi, la recherche du terme « anima* » dressera la liste des sites contenant un mot
commençant par « anima ».
Ex : Animal, animaux, animalier… Mais aussi animateur, animation…

Lire la suite

Google - Recherche dans un site ou un domaine précis »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:15 par crapoulou




Sujet 800 - Google - Recherche dans un site ou un domaine précis

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Avec Google il est possible de limiter la recherche à un site ou à un domaine spécifique en
utilisant l’opérateur site:
Syntaxe à utiliser : mot_clé site:site_ou_domaine
Exemple : virus site:[www.commentcamarche.net] ou virus site:.com

Lire la suite

Google - Recherche des pages qui pointent vers un site donné »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:15 par crapoulou




Sujet 801 - Google - Recherche des pages qui pointent vers un site donné

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Avec Google il est possible de trouver les pages web qui pointent vers un site spécifique
avec l’opérateur link: (utile pour les webmasters afin de connaître la cote de leur site).
Syntaxe à utiliser : link:adresse_du_site
Exemple : link:[www.commentcamarche.net]

Lire la suite

Google - Recherche de fichiers sous un format précis »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:13 par crapoulou




Sujet 802 - Google - Recherche de fichiers sous un format précis

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Certains fichiers sont plus faciles à trouver lorsqu’on les cherches dans un format spécifique, comme la documentation constructeur par exemple, est souvent au format pdf. Pour utiliser cette fonction de Google il suffit d’utiliser l’opérateur filetype :
Syntaxe à utiliser : mot_clé filetype:format
Exemple : aviation filetype:pdf

Lire la suite

Google - Recherche d’informations sur un site / page spécifique »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:14 par crapoulou




Sujet 803 - Google - Recherche d’informations sur un site / page spécifique

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Pour avoir accès à une page d’information sur un site spécifique il suffit d’utiliser l’opérateur info:
Syntaxe à utiliser : info:adresse
Exemple : info:[www.commentcamarche.net]
Remarque : Vous obtiendrez le même résultat si vous tapez directement l’adresse dans la case de recherche de Google.

Lire la suite

Google - Plus de résultats »
Publié par Fax - Dernière mise à jour le 1 novembre 2009 à 20:12 par crapoulou




Sujet 805 - Google - Plus de résultats

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Par défaut Google affiche 10 résultats par page.
Il est possible d'augmenter cette valeur en cliquant sur "Préférences", en haut à droite sur la page d'accueil de Google, puis en choisissant une valeur autre dans la liste déroulante de la section "Nombre de résultats".

Enregistrez vos préférences en cliquant sur le bouton prévu à cet effet.

Lire la suite

Google - Fonction calculatrice »
Publié par Jeff - Dernière mise à jour le 18 novembre 2009 à 20:29 par marlalapocket




Sujet 814 - Google - Fonction calculatrice

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

« PrécédentSuivant »
Sommaire
Google dispose d'une calculatrice intégrée. Pour l'utiliser, il suffit simplement d'entrer une expression dans le champ de saisie et de lancer la recherche !
Cette fonction est aussi accessible à partir de la barre Google ou des navigateurs intégrant la recherche Google.

Voici quelques exemples de fonctions disponibles (les exemples sont en anglais: vous devez utiliser l'interface anglaise de google pour les essayer; si vous utilisez google en français le principe est exactement le même mais vous devez entrer les opérations en français):

Fonctions mathématiques


79 + (49 * 257)
15% of 1024
sqrt(9) (racine carrée de 9)
cos(45) (les valeurs des angles sont exprimées en radians par défaut)
sin(70 degrés)
10! (factorielle de 10)

Les expressions peuvent être écrites en toutes lettres (le résultat le sera aussi); elles peuvent aussi mêler expressions numériques et expressions littérales :

sixty-five plus one hundred ten (soixante-cinq plus cent-dix)
minus 5 times square root of 81 plus 67*23 (moins 5 fois racine carrée de 81 plus 67*23)

Conversions

Systèmes de numérotation


100 in binary
0x7D in octal
two thousand six hundred in hexadecimal (deux mille six-cent en hexadécimal)
0b1101 in roman numerals
0o55 in hex

Conversions d'unités


100 miles in kilometers
90 km/h in miles/day
122 degrees Fahrenheit in degrees Celsius
number of yards in two kilometers (nombre de yards dans deux kilomètres)
speed of sound in hectometers per minute (vitesse du son au niveau de la mer en hectomètres par minute)

Constantes physiques


G (constante gravitationnelle)
h (constante de Planck)
c (vitesse de la lumière dans le vide)
Avogadro's number (nombre d'Avogadro)

Notes


Liens

Publié par SirHill - Dernière mise à jour le 8 mai 2011 à 00:48 par Jeff
Ce document intitulé « Google - Fonction calculatrice » issu de CommentCaMarche.net (CCM) (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.




Sujet 4625 - [Google] Toutes les fonctions de google sur un seul site

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Sur google, on peut utiliser plusieurs fonctions spéciales pour ses recherches.

Mais ce n'est pas facile de toutes se les rappeler !

Il existe un site qui recense toutes ces fonctions :
www.soople.com

Lire la suite

Google - Recherche dans le titre ou dans l'URL »
Publié par Ssylvainsab - Dernière mise à jour le 17 novembre 2009 à 15:13 par marlalapocket




Sujet 5801 - Google - Recherche dans le titre ou dans l'URL

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Google permet d'interroger uniquement les pages contenant un terme dans leur URL ou bien dans le titre de la page.

Recherche dans le titre


Il suffit d'utiliser la notation suivante :

intitle:forum

Recherche dans l'URL


Il suffit d'utiliser la notation suivante :

inurl:forum

Combiner ces opérateurs


Ces opérateurs peuvent bien évidemment être mixés entre eux et avec les autres fonctions de Google !

Lire la suite

Google USA »
Publié par Jeff - Dernière mise à jour le 18 novembre 2009 à 20:28 par marlalapocket




Sujet 6719 - Google USA

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Que vous soyez webmaster ou bien simple utilisateur, il peut parfois être intéressant d'utiliser l'interface de Google US (United States) afin de trouver des résultats en anglais ou bien pour regarder le positionnement d'un site aux Etats-Unis ou en angleterre.

Néanmoins, lorsque l'on tape http://www.google.com, celui-ci nous redirige vers Google France.

La solution consiste donc à ouvrir Google France (http://www.google.fr) et à cliquer sur le lien de bas de page (Google In English) :
http://www.google.com/ncr

Lire la suite

Google en arabe »
Publié par Jeff - Dernière mise à jour le 14 juillet 2010 à 20:38 par Jeff




Sujet 6720 - Google en arabe

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour accéder à Google arabe, il suffit de taper le nom de domaine, suivi du suffixe du pays, par exemple :

Ou encore :

Voici, en bas de page, la liste de tous les Google mondiaux :

Lire la suite

Google Annuaire - Recherche dans l'annuaire »
Publié par Jeff - Dernière mise à jour le 18 novembre 2009 à 15:42 par marlalapocket




Sujet 14451 - Google Annuaire - Recherche dans l'annuaire

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Google est un moteur de recherche ; de fait, il affiche les résultats sans aucune classification particulière. Il est néanmoins possible de faire appel à un annuaire made in Google. Pour cela, dans la page d’accueil, cliquez sur le lien « plus » visible sur le bord supérieur de l’écran. Dans le menu déroulant qui est apparu, choisissez l’option « et encore plus ». La page Autres produits Google s’affiche ; il ne vous reste plus qu’à cliquer sur le lien hypertexte « Annuaire » dans la rubrique « Rechercher ».



Les sites Web référencés dans cet annuaire sont sélectionnés par des bénévoles de l’Open Directory Project (ODP), présents dans le monde entier. Ils sont regroupés dans des catégories générales, elles-mêmes subdivisées en sous-catégories plus détaillées.

À savoir : Le projet ODP est un annuaire public, actualisé en permanence par 20 000 rédacteurs bénévoles. Ils examinent les sites, puis décident s’ils doivent les inscrire ou non dans l’annuaire.

Pour tout savoir sur le projet ODP, consultez la page http://www.dmoz.org/about.html

À cette classification en catégories a été associée la technologie de recherche Google. Celle-ci permet d’organiser les sites par ordre d’importance et non par ordre alphabétique. Avantage : le résultat affiché est le fruit à la fois d’une appréciation humaine et d’un algorithme de classement informatisé, ce qui autorise des recherches plus précises dans les catégories. La recherche dans l’annuaire est à privilégier lorsque :

Astuce : les catégories les plus populaires de l’annuaire sont affichées en caractères gras, afin que vous puissiez les identifier en un clin d’œil.

Notez toutefois que l’annuaire Google répertorie à peine plus d’un million et demi d’adresses URL. Nous sommes donc loin des huit milliards de pages Web indexées par le moteur.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - rechercher des images »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 14:20 par marlalapocket




Sujet 14481 - Google - rechercher des images

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

À l’origine, les pages Web ne contenaient que des informations textuelles. De nos jours, un site Web se compose bien évidemment de textes, mais également d’images ou de séquences animées (animations Flash, vidéos, etc.). Or, il est souvent pertinent de rechercher une image plutôt qu’une page entière. C’est par exemple le cas lorsque des étudiants veulent illustrer un exposé à l’aide d’images récupérées sur le Net, ou bien lorsqu’un internaute souhaite trouver la photographie ou le portrait d’une personnalité célèbre.

Pour simplifier de telles recherches, les concepteurs de Google ont adapté leur moteur de manière à ce qu’il soit en mesure de proposer uniquement des illustrations en guise de résultats. Sur la page d’accueil de Google, cliquez sur le lien « Images » situé sur le bord supérieur. Le logo Google change aussitôt de look et le contenu de la page se modifie légèrement. Dans l’unique champ de saisie, tapez le ou les mots-clés que vous souhaitez associer à la recherche d’images. Après validation par un clic sur le bouton « Recherche d’images », les illustrations, photographies, dessins sont affichés par rangées de quatre.

Si la taille des images à récupérer est un critère important à vos yeux (pour obtenir par exemple une impression sur papier de relativement bonne qualité), il est possible de personnaliser l’affichage en fonction des dimensions des illustrations. Pour cela, cliquez sur la liste déroulante « Images Afficher » dans la page de résultats et choisissez l’un des quatre paramètres proposés (Petites, Moyennes, Grandes ou Images de très grande taille).

Google recense 1 milliard d’images, un nombre tout à fait phénoménal ! Par conséquent, si vous ne parvenez pas à trouver l’image convoitée via la simple recherche par mots-clés, n’hésitez pas à recourir à la recherche avancée. À cet effet, cliquez sur le lien hypertexte « Images -- Recherche avancée » situé à droite du bouton « Recherche d’images ». Une nouvelle page apparaît : dans la partie supérieure vous tapez les mots-clés que vous souhaitez intégrer ou exclure de la recherche ; dans la partie inférieure vous définissez un certain nombre de critères. Ainsi est-il par exemple possible de trouver des images liées à l’actualité, en activant le bouton radio « actualités » dans la rubrique « Types de contenus ». Le dernier critère « SafeSearch » autorise la mise en place d’un filtrage des résultats. Les sites à caractère pornographique ou sexuel seront totalement ou partiellement exclus de la recherche. Toutefois, il convient de constater que ce système de filtrage est loin d’être infaillible…



Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - rechercher des groupes de discussion »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 16:30 par marlalapocket




Sujet 14482 - Google - rechercher des groupes de discussion

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Les newsgroups – ou groupes de discussion en français – existaient bien avant Internet. Ils étaient à l’origine hébergés sur des serveurs exploitant le protocole UUCP (puis NNTP). Ce système réseau de forums de discussion est connu sous le nom de Usenet.

Le principe des newsgroups est le suivant : tout internaute peut s’abonner à un groupe de discussion (par exemple sur les séries TV ou la politique française) afin de consulter les messages des autres abonnés et éventuellement d’en rédiger à son tour. Un message (ou article) ressemble à un courriel ; toutefois, contrairement à ce dernier qui n’est visible que de ses seuls destinataires, l’article demeure stocké sur un serveur public pendant un certain laps de temps (quelques jours à plusieurs mois). Ainsi, tout utilisateur connecté à un serveur Usenet peut récupérer les messages via un logiciel particulier, appelé lecteur de news.

Depuis la création de Usenet, des centaines de millions d’articles ont été postés. Toutefois, leur archivage n’a réellement commencé qu’en 1995 avec la société Deja.com. En 2001, celle-ci devenue entre-temps DejaNews.com fut rachetée par Google, qui compléta la base de données par une série d’articles remontant à 1981. Cependant, il n’a pas été possible de sauvegarder intégralement tous les messages échangés.

Pour rechercher des groupes de discussion, dans la page d’accueil de Google cliquez successivement sur les liens « plus » et « Groupes ».



La page qui s’affiche est relativement « chargée » (Google nous avait habitué à plus de sobriété). Cela est dû au fait que Google Groupes n’est pas qu’un simple moteur de recherche dédié aux forums de discussion. Il s’agit d’un véritable service – totalement gratuit – de création de groupes, doté de fonctions de gestion n’existant pas pour les newsgroups de Usenet. Par exemple, ces derniers ne sont pas modérés pour la plupart, alors que tous les créateurs de groupes Google ont la possibilité de restreindre facilement l’accès à leurs groupes et d’exclure tout membre ne respectant pas les règles qu’ils auraient éventuellement édictées.

Pour trouver un groupe (qu’il soit Usenet ou Google) et/ou des messages postés dans un forum, il suffit de saisir un ou plusieurs mots-clés dans le champ situé sur le bord supérieur de la page et de valider la requête en cliquant sur le bouton « Rechercher des groupes ». La page de résultats se décompose de la manière suivante :

Astuce : Les intitulés des groupes Usenet sont différents de ceux des forums Google. Pour connaître la provenance d’un groupe, il suffit d’examiner son nom. Un nom de groupe de discussion Usenet se compose toujours de mots ou suites de caractères séparés par un point (fr.soc.politique ou fr.reseaux.internet par exemple).

Il existe une seconde méthode pour trouver un forum de discussion. Dans le champ de saisie de la section « Découvrir », tapez un ou plusieurs mots-clés et validez par un clic sur le bouton « Rechercher un groupe ». L’annuaire des groupes s’affiche aussitôt et tous les forums trouvés (Usenet et Google) sont listés sous les catégories. Ces dernières permettent d’accéder plus rapidement à des informations ciblées. Les rubriques « Sujet » et « Membres » ne concernent que les groupes Google ; les catégories « Langue », « Région » et « Activité » s’appliquent indistinctement aux forums Usenet et Google.

Enfin, le lien hypertexte « Parcourir tous les groupes Usenet » affiche une page contenant toute l’arborescence Usenet. Pour restreindre par exemple l’affichage aux seuls groupes français en « fr. », il suffit de cliquer sur la liste déroulante « Usenet », de choisir un intervalle alphabétique comprenant « fr » et de valider avec le bouton « OK ». Dans la page qui apparaît, il ne reste plus qu’à cliquer sur le lien « fr.* » pour obtenir la liste de tous les groupes Usenet dont le nom commence par les caractères « fr. ».

Astuce : Vous pouvez naviguer dans l’annuaire des groupes en vous laissant guider par le hasard. Sur la page d’accueil de Google groupes, n’entrez aucun mot-clé et cliquez simplement sur le lien « Parcourir les groupes par catégorie » visible sur le bord inférieur de la fenêtre.

Une fois que vous avez trouvé un groupe intéressant (quel que soit le mode de recherche employé), il suffit de cliquer sur son nom pour afficher la page d’accueil et participer à des discussions. Nous étudierons en détail, dans le chapitre 7, la procédure à suivre pour lire des messages et poster des articles dans un forum.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - rechercher des livres »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 16:33 par marlalapocket




Sujet 14484 - Google - rechercher des livres

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Fin 2004, Google a annoncé la création d’une bibliothèque numérique mondiale. Cet ambitieux projet, baptisé à l’origine Google Print puis Google Books (Google Livres en français), a pour objectif la numérisation de 15 millions d’ouvrages en une décennie et leur mise à disposition du grand public via Internet. À titre de comparaison, la Bibliothèque nationale de France n’a, à l’heure actuelle, numérisé qu’environ 100 000 œuvres de son catalogue.

Pour mener à bien cette tâche pharaonique, Google a signé des partenariats avec d’importantes bibliothèques, comme celles des universités du Michigan, de Harvard ou d’Oxford. De même, les livres tombés dans le domaine public sont numérisés par Google. En ce qui concerne les ouvrages protégés par le droit d’auteur, seuls des extraits sont proposés.

Pour accéder à l’outil « Google Recherche de livres », cliquez dans la page d’accueil du moteur de recherche sur le lien « plus » puis sur « Livres ». Vous pouvez également entrer l’adresse http://books.google.fr dans votre navigateur. Tapez ensuite des mots-clés dans le champ prévu à cet effet, puis cliquez sur le bouton « Chercher des livres ».

Astuce : Il est possible d’affiner les critères de recherche en cliquant sur le lien « Recherche avancée de livres ».

En guise d’exemple, recherchons le roman Le rouge et le noir de Stendhal, un classique de la littérature française. Saisissez « rouge noir stendhal » dans la zone de texte et lancez la requête. Vous obtenez immédiatement plusieurs résultats.



Intéressons-nous au premier d’entre eux, « Le rouge et le noir chronique du xixe siècle ». Outre le titre de l’ouvrage, le nom de son auteur, la date de publication et le nombre de pages, vous apercevez plusieurs informations supplémentaires :

À savoir : Lorsqu’un livre n’est pas consultable dans son intégralité, le lien « Affichage du livre entier » est remplacé par « Aucun aperçu disponible », « Aperçu limité » ou bien « Affichage d’extraits » (tout dépend des accords conclus entre Google et les éditeurs/bibliothèques du monde entier).

Comme nous l’avons signalé précédemment, il est possible d’accéder gratuitement à la totalité du roman Le rouge et le noir, en cliquant sur son titre dans la page des résultats proposés par le service Google Recherche de livres.

Astuce : Vous pouvez filtrer les résultats à l’aide de la liste déroulante « Affichage :<ital> ». Par défaut, tous les ouvrages – qu’ils soient consultables totalement, partiellement ou pas du tout – sont proposés.
Une nouvelle fenêtre apparaît aussitôt :



Le livre occupe quasiment toute la surface de l’interface. Pour le parcourir, vous pouvez recourir à la barre de défilement verticale ou aux flèches bleues visibles à droite du champ « <ital>Page
». Celui-ci permet d’accéder directement à une page précise ; il suffit de saisir son numéro et de presser la touche [Entrée]. Les pictogrammes « Loupe » servent à agrandir ou réduire la taille du texte. Vous pouvez aussi visualiser deux pages côte à côte. Enfin, un clic sur le lien « Plein écran » affiche le livre sur la totalité de l’écran, sans la colonne de droite.

Cette dernière reprend certaines options de la fonction « À propos de ce livre » présentée plus haut. Elle en propose également trois nouvelles :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - rechercher des blogs »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 16:34 par marlalapocket




Sujet 14486 - Google - rechercher des blogs

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

La société Netcraft a dénombré, en mars 2008, plus de 162 millions de sites Web dans le monde (en 1997, il y en avait à peine un million). L’évolution majeure qu’a connu la décennie, c’est bien entendu la croissance exponentielle des blogs. À l’origine, les sites Web ne contenaient que du texte. Au fil des évolutions technologiques, les images puis les vidéos firent leur apparition. Toutefois, la création de tels sites était plutôt réservée aux entreprises ainsi qu’aux particuliers avertis.

L’arrivée des blogs a complètement bouleversé la donne. Aujourd’hui, tout un chacun est capable de gérer un blog. Derrière ce terme se cache ni plus ni moins qu’un journal personnel présenté sous une forme chronologique, les billets les plus récents étant visibles en premier. Un blog présente deux avantages majeurs :

La fréquence de mise à jour d’un blog dépend de la volonté de son auteur et surtout de la notoriété qu’il a acquise sur la Toile (les blogs les plus connus étant actualisés quotidiennement). Comme pour les sites Web classiques, il y a vraiment de tout sur les blogs : du bon et du moins bon… Aussi n’hésitez pas à recourir à Google pour trouver des blogs intéressants.

Pour cela, cliquez sur le lien « plus » dans la page d’accueil du moteur de recherche. Sélectionnez ensuite le lien « Blogs » dans le menu déroulant. Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt. Dans la zone de texte, saisissez un ou plusieurs mots-clés. Pour restreindre la recherche aux sites francophones, activez le bouton radio « Blogs en français ». Lancez votre requête en cliquant sur le bouton « Rechercher ». La page de résultats s’affiche aussitôt :



Le service « Recherche de blogs » permet de trouver indifféremment des messages individuels et des blogs entiers. Ces derniers sont toujours affichés en premier, à droite du libellé « Blogs correspondants : ». Vous apercevez en-dessous les résultats principaux de la recherche, c’est-à-dire les articles publiés dans les blogs.

Sous le titre de chaque résultat est visible la date de publication ou bien le nombre d’heures qui se sont écoulées depuis la mise en ligne. Par défaut, le tri est réalisé selon le degré de pertinence. Pour obtenir un tri chronologique décroissant, cliquez sur le lien « Trier par date ». Il est également possible de restreindre l’affichage en fonction des heures de diffusion des messages. Par exemple, pour ne visualiser que les articles diffusés pendant les soixante dernières minutes, cliquez sur le lien « Dernière heure » situé dans la rubrique « Publié », sur le bord gauche de l’interface.

Lors de l’analyse des résultats, vous constaterez certainement que la notion de blog est relativement large pour Google. Vous trouverez par exemple des liens menant à des forums de discussion ou à des sites Web de facture classique. Cela est dû au fait que Google ne se limite pas à son offre maison Blogger ou à celle de ses concurrents (TypePad, Dotclear, MySpace, etc.). Les sites contenant un flux d’actualisation (fil RSS ou Atom) sont également pris en compte au cours de la recherche.

Avantage de ce système, les résultats fournis par le service « Google Recherche de blogs » sont actualisés plus rapidement que ceux obtenus par l’habituelle méthode de recherche sur le Web. En effet, les flux RSS étant régulièrement interrogés, les informations modifiées ou ajoutées sont vite détectées.

À savoir


Le service « Recherche de blogs » ne prend en considération que les articles publiés après la première indexation de chaque blog. Par conséquent, les messages diffusés avant celle-ci ne sont pas répertoriés par Google. Les billets les plus anciens datent de juin 2005.

Si vous désirez actualiser automatiquement votre requête Google, jetez un œil à la rubrique « Abonnement : », visible sur le bord gauche de la fenêtre. Un clic sur le lien « RSS » ou « Atom » (tout dépend du format de syndication de contenu auquel vous souhaitez recourir) ouvre une nouvelle fenêtre. Il suffit ensuite de cliquer sur le lien « M’abonner à ce flux » pour recevoir les résultats de la requête sous la forme d’un fil RSS ou Atom. Le programme, utilisé par défaut par le système pour la gestion des flux, dépend de votre configuration logicielle. Ce peut être par exemple Internet Explorer ou bien Outlook.

Si les résultats proposés par Google ne vous paraissent guère pertinents, il est possible d’affiner la recherche. Pour cela, cliquez sur le lien « Blogs – Recherche avancée » dans la page d’accueil du service. Une nouvelle fenêtre apparaît :



Vous pouvez par exemple trouver un blog à partir de son titre ou de son auteur. Il est également possible de rechercher un message publié dans un intervalle de temps donné (billets diffusés au cours des dernières heures ou bien entre deux dates) et/ou rédigé dans une langue déterminée.

Pour plus d’information


En cas de difficultés au cours d’une recherche, n’hésitez pas à consulter le centre d’aide de Google. Celui-ci propose de nombreux conseils.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - Personnaliser et optimiser Google »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 16:33 par marlalapocket




Sujet 14487 - Google - Personnaliser et optimiser Google

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

« PrécédentSuivant »
Sommaire

Menu Préférences


Lorsque vous effectuez une recherche dans Google (qu'il s'agisse de sites Web, d'images, de groupes de discussion ou bien de blogs), vous apercevez constamment le lien « Préférences » à droite du champ de saisie des mots-clés. Un clic sur ce lien ouvre une nouvelle fenêtre :



Vous pouvez configurer cinq paramètres :

Cliquez sur le bouton « Enregistrer les préférences » pour appliquer ces paramètres à l'ensemble des services Google.

Outils linguistiques / Traduction


À en croire différentes organisations oeuvrant pour la francophonie, 5 % des pages sur Internet seraient rédigées en français, contre 45 % en anglais. L'hégémonie de la langue de Shakespeare n'est guère étonnante, puisque le Net a été créé par les États-Unis et que de très nombreux internautes sont nord-américains.

Google a donc pensé aux surfeurs qui ne sont pas polyglottes, en créant des outils de traduction et de recherche adaptés. Sur la page d'accueil de Google, vous apercevez le lien « Outils linguistiques » à droite du champ de saisie des mots-clés. Un clic sur ce lien ouvre une nouvelle fenêtre :



La première rubrique « Recherche en différentes langues » est utile lorsque vous voulez trouver des pages en anglais ou en allemand, à partir de mots-clés français. Tapez par exemple « détective privé » dans le champ « Vous cherchez : ». Conservez « Français » dans la liste déroulante « Ma langue : » (13 autres choix sont possibles) et choisissez l'anglais dans la liste déroulante « Rechercher des pages rédigées en : ». Validez vos choix en cliquant sur le bouton « Traduire et rechercher ».

La nouvelle fenêtre, qui apparaît, a pour titre « Google Traduction » et se compose de quatre onglets :

Retournons aux outils linguistiques accessibles à partir de la page d'accueil de Google. La deuxième rubrique « Traduire le texte suivant » vous permet de traduire n'importe quel texte (à taper ou à coller dans la zone de saisie). Sélectionnez ensuite une paire de langues dans la liste déroulante et cliquez sur le bouton « Traduire » pour lancer la procédure.

La troisième rubrique « Traduire la page » autorise la traduction d'une page Web dont vous connaissez l'adresse exacte. À noter que la mise en pages est conservée, le texte traduit remplaçant l'original (l'effet visuel est vraiment sympa). Les deux dernières rubriques permettent de choisir la langue de l'interface du moteur de recherche et de visiter les sites Google présents dans différents pays.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 avril 2011 à 23:08 par Jeff
Ce document intitulé « Google - Personnaliser et optimiser Google » issu de CommentCaMarche.net (CCM) (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.




Sujet 14714 - Opérateurs booléens et caractères spéciaux

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Google n’est pas vraiment doué en grammaire française. Il est totalement incapable de reconnaître un singulier d’un pluriel, ou bien de distinguer un verbe à l’infinitif d’un verbe conjugué. Si vous lancez par exemple une requête avec le mot « journal », les résultats seront différents de ceux obtenus avec le pluriel « journaux ».

Toutefois, il s’avère possible d’élargir le champ de la recherche en utilisant l’astérisque (*) en guise de signe de remplacement. Ainsi, la recherche de la chaîne de caractères « journa* » affichera une liste de sites Web contenant un terme commençant par « journa » (par exemple « journal », « journaux », « journaliste », « journalisme », « journalier », etc.).

Lorsque vous séparez chaque mot-clé d’une requête à l’aide d’une espace, Google répertorie les pages Web contenant la totalité des termes. L’espace est donc équivalente à l’opérateur AND (le ET logique).

Exemple : La requête « apple microsoft » est identique à « apple AND microsoft ».
Elle affiche toutes les pages contenant simultanément les termes apple et microsoft.

En revanche, si vous souhaitez trouver tous les sites comprenant au moins l’un des termes saisis, vous devez utiliser l’opérateur OR (le OU logique). Attention, ce dernier doit être saisi en majuscules, sinon Google considère qu’il s’agit du mot « or » et non de l’opérateur.

Exemple : La requête « apple OR microsoft » affiche tous les sites contenant au moins l’un des deux termes. Bien entendu, les pages incluant les deux mots sont également prises en compte.
En revanche, la requête « apple or microsoft » retourne un résultat totalement différent. Les pages Web doivent en effet contenir impérativement les trois termes.

À savoir

Le caractère | (également appelé barre verticale ou pipe) produit le même effet que l’opérateur OR. Pour l’obtenir, pressez simultanément les touches [Alt Gr] et [6] (il s’agit du chiffre situé au-dessus des lettres, et non de celui du pavé numérique).

Il est parfois nécessaire d’exclure explicitement un terme de la recherche. Pour cela, il suffit simplement de faire précéder le mot à bannir du signe moins (-).

Exemple : Vous souhaitez trouver des pages Web parlant de lions et de tigres, mais pas dans le cadre d’un zoo. Tapez simplement « lion tigre -zoo ».

Le principal intérêt des opérateurs booléens réside dans le fait qu’il est possible de les combiner pour réaliser des requêtes vraiment élaborées. Notez qu’il n’existe pas d’opérateurs prioritaires sur d’autres, comme c’est par exemple le cas en mathématiques ou en programmation informatique. Google se contente d’analyser la requête de la gauche vers la droite. Par conséquent, l’ordre des mots influe sur la pertinence des résultats.

Exemple : La requête « roman flaubert OR stendhal OR hugo » liste toutes les pages Web contenant le terme « roman » et au moins le nom de l’un des trois écrivains français.
En revanche, l’expression « roman flaubert OR stendhal hugo » renverra en guise de résultats les pages comprenant les mots « roman », « hugo » ainsi que « flaubert » ou « stendhal ».

À noter que nous aurions pu ajouter des parenthèses dans la requête afin d’accroître sa lisibilité (leur présence ne modifiant pas les résultats fournis par Google).

Exemple : L’expression « roman flaubert OR stendhal hugo » est équivalente à
« roman (flaubert OR stendhal) hugo ».
Le tableau suivant récapitule les opérateurs booléens et caractères spéciaux interprétés par Google :


Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Rechercher des fichiers particuliers (doc, xls, pdf...) »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 15:43 par marlalapocket




Sujet 14715 - Rechercher des fichiers particuliers (doc, xls, pdf...)

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Effectuer une recherche à l’aide des opérateurs booléens et des caractères spéciaux s’avère vraiment utile, car cela permet de mieux cibler les résultats et ainsi de réduire le temps consacré à leur lecture. Toutefois, ce n’est pas toujours très simple et ergonomique de saisir des OR, des plus ou des moins dans une grande requête. C’est la raison pour laquelle il est préférable de recourir à un formulaire.

Dans la page d’accueil de Google, cliquez sur le lien « Recherche avancée » situé à droite de la zone de saisie. Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt :



La première partie du formulaire, dotée d’un fond bleu et intitulée « Pages contenant », comprend quatre zones de texte :

Dans la liste déroulante adjacente, précisez le nombre de résultats qui s’afficheront par page (au maximum 100). Exécutez la requête en cliquant sur le bouton « Recherche Google ». La fenêtre des résultats s’affiche quasi immédiatement comme à l’accoutumée. Toutefois, jetez un œil sur le champ de saisie des mots-clés. Il était vide avant l’ouverture initiale du formulaire de recherche avancée ; à présent, il contient la requête créée par l’intermédiaire de ce dernier. Google a fidèlement traduit votre demande en ajoutant des opérateurs booléens aux endroits adéquats.

Retournons dans le formulaire de recherche avancée, car il y a encore matière à affiner la recherche avec les options « Langue » et « Région » :

Que ce soit en mode normal ou avancé, Google répertorie tous les sites Web contenant les mots-clés précisés dans la requête. Cependant, il affiche pêle-mêle des pages HTML (quelles soient multimédias ou non), des fichiers Word, des documents PDF, etc. Si vous êtes à la recherche d’un type de fichier particulier, il est alors possible de restreindre le champ de la requête à celui-ci et d’éviter ainsi une lecture fastidieuse et infructueuse des résultats.
Cela s’avère utile lorsque vous avez par exemple besoin de retrouver – sur le Net – le manuel d’utilisation d’un produit informatique, dont vous avez égaré l’exemplaire papier. Nous avons fait l’essai suivant : nous avons lancé la requête « manuel utilisation brother hl-2030 » en mode normal, afin de récupérer la notice d’emploi d’une imprimante de marque Brother. Après l’analyse de 100 résultats retournés par Google, nous n’avions toujours pas trouvé le moindre manuel.

Pour dénicher le fichier souhaité perdu au milieu d’innombrables descriptifs techniques et documentations commerciales, il faut circonscrire la recherche à un type de fichier. Pour cela, affichez le formulaire de recherche avancée. Sous « Format de fichier », conservez « Seulement » dans la première liste déroulante. Choisissez ensuite « Adobe Acrobat PDF (.pdf) » dans la seconde liste déroulante « Limiter les résultats au format de fichier » (nous avons sélectionné le format PDF en raison de son universalité sur Internet).

Après validation de la requête par un clic sur le bouton « Recherche Google », on constate qu’une notice d’emploi de la Brother HL-2030 apparaît en quatrième position dans la liste des résultats ! Le mot [PDF], visible devant chaque lien hypertexte, indique que le résultat de la recherche est un document au format PDF. Quand il n’y a aucune indication, cela signifie que le résultat est une page Web classique.

Jetez à présent un œil sur le champ de saisie des mots-clés. Celui-ci contient l’expression « manuel utilisation brother "hl 2030" filetype:pdf ». La recherche des fichiers PDF a été définie au moyen d’une commande particulière « filetype: ». Il s’agit en fait d’un opérateur avancé qui autorise des recherches sélectives. Mais n’anticipons pas trop, nous étudierons en détail les opérateurs avancés un peu plus loin.

Retournons dans le formulaire de recherche avancée, pour découvrir les dernières fonctions proposées :

Pour clore cette section, affichez la page d’accueil de Google. Peut-être avez-vous déjà été intrigué par le bouton « J’ai de la chance »… Si vous ne l’avez pas encore essayé, il est temps de le faire maintenant.

Tapez par exemple « ccm » dans le champ de saisie, puis cliquez sur l’habituel bouton « Recherche Google ». Vous obtenez une longue liste de résultats, débutant par le site « Comment ça marche ». À présent, ressaisissez « ccm » et cliquez sur le bouton « J’ai de la chance ». Vous accédez immédiatement à la page d’accueil de commentcamarche.net. En fait, Google vous a simplement envoyé sur la page correspondant au premier résultat de la recherche.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - Exploiter les URL de Google »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 15:42 par marlalapocket




Sujet 14717 - Google - Exploiter les URL de Google

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Pour introduire ce sujet, intéressons-nous au bouton « J'ai de la chance ». Dans la zone de texte de la page d'accueil de Google, entrez l'expression « find chuck norris » et cliquez sur le fameux bouton précité. En guise de résultat, vous obtenez la phrase suivante : « Google won't search for Chuck Norris because it knows you don't find Chuck Norris, he finds you ». Pour les non-anglophones, cela signifie que Google ne recherchera pas Chuck Norris parce qu'il sait que vous ne le trouverez pas, mais que c'est lui qui vous trouvera...

Vous pensez sans doute à une blague orchestrée par quelques développeurs de la société Google. Eh bien, ce n'est pas le cas ! La page de résultats ressemble à du Google, mais ce n'est pas du Google. Pour vous en convaincre, jetez un oeil sur la barre d'adresse du navigateur Web ; vous apercevez http://clients.arranschlosberg.com/, c'est-à-dire une URL qui n'appartient pas au domaine Google.
En fait, lorsque vous tapez une requête et que vous la validez à l'aide du traditionnel bouton « Recherche Google », le moteur affiche une page de résultats qui est associée à une adresse commençant toujours par « www.google.fr/search? ».

Exemple : Sur la page d'accueil de Google, tapez « windows vista » dans la zone de saisie et cliquez sur le bouton « Recherche Google ».
La page de résultats s'affiche aussitôt.
Dans la barre d'adresse du navigateur vous voyez l'URL http://www.google.fr/search?hl=fr&q;=windows+vista&btnG;=Recherche+Google&meta;=.

À première vue, cette adresse est totalement absconse pour la plupart des internautes. Toutefois, nous parvenons tout de même à reconnaître quelques mots : search, windows, vista, recherche, google... En réalité, avec de l'expérience et quelques connaissances, les utilisateurs avertis sont capables de lancer une requête directement à partir de la barre d'adresse du navigateur Web, sans passer par l'interface Google. L'objectif de cette section n'est pas de vous transformer en expert informatique, mais de vous faire découvrir la logique syntaxique de Google.

La structure élémentaire d'une recherche Google est la suivante : www.google.fr/search?q=. Le paramètre q est le seul argument qui soit vraiment obligatoire. Il suffit ensuite d'accoler n'importe quel terme au signe = pour créer une requête simple.

Exemple : Pour trouver des sites Web consacrés aux dauphins, tapez :
http://www.google.fr/search?q=dauphin

Cette requête, qui ne paie pas de mine, retourne pourtant des résultats très pertinents. Les quatre premiers sites sont ainsi entièrement consacrés à ce mammifère marin.

Astuce : Les requêtes Google sont dynamiques. Cela signifie que leurs résultats sont toujours susceptibles de varier à chaque indexation d'un site Web. Par conséquent, vous pouvez sauvegarder n'importe quelle requête dans vos Favoris Internet, afin de la lancer en un seul clic.

Comme vous pouvez l'imaginer, il est bien évidemment possible de saisir plusieurs paramètres dans une requête Google. Ceux-ci sont séparés les uns des autres par une esperluette (&). Chaque paramètre est suivi du signe =, lequel précède une valeur assignée au paramètre.

Exemple : Voici la structure d'une requête composée de plusieurs arguments :
www.google.fr/search?param1=valeur1¶m2;=valeur2¶m3;=valeur3

Dans le tableau suivant, nous vous présentons plusieurs paramètres que vous pouvez employer dans une requête via la barre d'adresse du navigateur Web :


Liste des paramètres
Paramètre Description
hl Code de la langue utilisée dans l'interface google ( fr = français, en = anglais, de = allemand, es = espagnole, nl = hollandais, etc. )
num Nombre de résultats affichés par page (100 étant la valeur maximale autorisé)
lr Restreint l'affichage aux pages rédigées dans une langue déterminée ( lang_fr = français, lang_en = anglais, lang_de = allemand, lang_es = espagnole, lang_nl = hollandais, etc. )
restrict Restreint l'affichage aux pages provenant d'un pays déterminé (countryUK = Grande bretagne, countryBE = Belgique, countryAU = Australie, countryIS = Islande, etc.)
+ Représente l'opérateur booléen AND
as_oq Représente l'opérateur booléen OR
as_lq Recherche les pages pointant vers un site web déterminé
as_rq Recherche des pages semblable à un site web donné
as_ft Inclut (i) ou exclut (e) le type de fichier défini par le paramètre "as_filetype"
as_filetype Précise le type de fichier à inclure ou à exclure de la recherche
as_qdr Affiche les pages publiées les 3 derniers mois (m3), les 6 derniers mois (m6) ou au cours de l'année écoulée (y)
as_occt Recherche n'importe où dans la page (any), dans son titre (title), dans le texte (body), dans son adresse (URL), dans les liens hypertextes présents (links)
as_epq Recherche l'expression exacte (il est inutile de saisir les guillemets)
+- Exclut le mot de la recherche



Afin que vous compreniez bien le fonctionnement des URL Google, voici plusieurs exemples combinant les différents paramètres répertoriés dans le tableau.

Exemple 1 : Pour rechercher des pages anglaises traitant du poète français Rimbaud dans une interface Google espagnole, tapez : http://www.google.fr/search?hl=es&lr;=lang_en&q;=rimbaud

Exemple 2 : Pour rechercher des sites parlant de Rimbaud et Verlaine (avec affichage de 5 résultats par page), tapez :
http://www.google.fr/search?q=rimbaud+verlaine#=5

Exemple 3 : Pour rechercher des sites parlant de Rimbaud ou Verlaine (avec affichage des pages belges uniquement), tapez : http://www.google.fr/search?as_oq=rimbaud+verlaine&restrict;=countryBE

Exemple 4 : Pour rechercher Rimbaud (en excluant Verlaine) dans le titre des pages modifiées depuis moins de 3 mois, tapez : http://www.google.fr/search?q=rimbaud+-verlaine&as;_occt=title &as;_qdr=m3

Exemple 5 : Pour trouver l'expression « le bateau ivre » dans des documents PDF, tapez :
http://www.google.fr/search?as_epq=le bateau ivre&as;_ft=i&as;_filetype= pdf

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google - les opérateurs avancés »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 27 mai 2010 à 02:21 par Alexis-pires




Sujet 14757 - Google - les opérateurs avancés

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Un opérateur avancé comme filetype: n’est rien d’autre qu’une commande permettant de donner des consignes précises à Google, dans le but de circonscrire au mieux la recherche. Il est bien entendu possible de combiner les opérateurs avancés, afin de démultiplier les capacités de Google. La complexité d’une requête ne réside pas dans la difficulté à comprendre le fonctionnement des opérateurs, mais dans le choix judicieux des opérateurs à associer ensemble. À noter que certains d’entre eux ne peuvent pas être combinés.

Les opérateurs avancés obéissent à une syntaxe stricte qu’il faut absolument respecter, sous peine d’obtenir des résultats ne correspondant pas à l’objectif souhaité (Google ne renvoyant pas toujours un message d’erreur). La syntaxe est la suivante :

opérateur:terme_recherché

Il n’y a pas d’espace avant et après les deux-points. terme_recherché désigne un simple mot ou bien une expression entre guillemets (certains opérateurs, qui s’utilisent d’une manière isolée, ne réclament pas la présence de guillemets).

Dans le tableau suivant, nous vous présentons plusieurs opérateurs avancés (dont certains ne sont pas documentés par Google). Nous précisons notamment s’ils peuvent être associés à d’autres opérateurs :



Afin que vous compreniez bien le fonctionnement des opérateurs avancés, voici plusieurs exemples.

Exemple 1 : Pour trouver des articles sur l’acteur américain Charlton Heston, en limitant la recherche au site du journal Le Monde, tapez
intext:"charlton heston" site:www.lemonde.fr


Exemple 2 : Pour trouver des pages, dont le titre contient les mots théorie et relativité et dont le texte contient atome et uranium, tapez
intitle:relativité intitle:théorie intext:atome intext:uranium

Notez que Google accepte également la requête suivante :
intitle:"théorie relativité" intext:atome intext:uranium

Toutefois, nous vous déconseillons cette syntaxe car les guillemets encadrent normalement une expression exacte. Par conséquent, pour être sûr de trouver théorie et relativité dans le titre d’une page, quel que soit l’ordre d’apparition, doublez l’opérateur intitle.

Exemple 3 : Pour trouver des documents au format PDF, dont l’adresse Web contient arthur et rimbaud, tapez
inurl:arthur inurl:rimbaud filetype:pdf


Exemple 4 : Pour trouver une définition du mot disque dur, tapez
define:disque dur


Exemple 5 : Ce dernier exemple est un peu particulier car l’opérateur présenté nécessite une conversion préalable des dates. Pour trouver des pages traitant des Jeux olympiques, indexées entre le 7 et le 8 avril 2008, tapez
intext:jeux intext:olympiques daterange:2454564-2454565

Pour transformer les dates civiles en nombres juliens, consultez le site Julian Day Number Calculations.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Hacks - Automatiser les requêtes complexes »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 novembre 2009 à 15:27 par marlalapocket




Sujet 14758 - Google Hacks - Automatiser les requêtes complexes

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Google Hacks est un logiciel open source totalement gratuit qui permet de générer automatiquement des requêtes complexes pour rechercher de la musique, des livres, des programmes, des polices, des vidéos, etc.

Google Hacks est une véritable application, ce qui signifie que vous devez la télécharger depuis Internet et ensuite l’installer sur votre ordinateur.

Pour commencer, connectez-vous au site http://code.google.com/p/googlehacks/. Activez ensuite l’onglet « Downloads » et cliquez sur la version correspondant à votre système d’exploitation (Windows, Mac OS ou Linux) pour la récupérer.

Notez que vous pouvez également télécharger le code source du logiciel et l’améliorer le cas échéant, si vous avez des compétences en programmation.

Sous Windows, cliquez à présent sur le fichier exécutable récupéré pour lancer la procédure d’installation. Acceptez les termes de la licence en cliquant sur le bouton « I Agree ».

Puis, choisissez d’installer uniquement le programme principal (vous pouvez renoncer à la barre d’outils proposée, elle n’est pas d’une grande utilité). Après un clic sur le bouton « Next », précisez le répertoire de destination. Un nouveau clic sur « Next » puis sur « Install » démarre l’installation du logiciel.

Une fois cette opération terminée, il n’est pas nécessaire de relancer Windows pour pouvoir utiliser Google Hacks. Lancez le programme à partir du menu « Démarrer ».



L’interface minimaliste du logiciel se compose d’une seule fenêtre regroupant toutes les commandes. L’activation de ces dernières est vraiment très simple, puisqu’il suffit de saisir des mots-clés dans la zone de texte, de sélectionner des boutons radio et/ou des cases à cocher, puis de valider en cliquant sur le bouton « Search ». Voici les différents types de recherche qu’il est possible d’effectuer :
- Les pages Web trouvées sont en anglais ;
- La fonction de localisation n’est pas toujours au point. Nous avons par exemple tapé « Victor Hugo » dans le champ « Search String ». Google a retourné plusieurs résultats, dont l’un mentionne la bataille de Waterloo. Or, ce n’est pas la ville belge qui a été affichée sur la carte, mais une ville nord-américaine portant le même nom.
La seconde méthode fonctionne, mais la mise en pages n’est pas respectée. À noter que le proxy de Google n’offre pas d’anonymat. Par conséquent, votre adresse IP n’est pas masquée.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Desktop - Installer Google Desktop »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:16 par marlalapocket




Sujet 14760 - Google Desktop - Installer Google Desktop

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Avant d’utiliser le logiciel, vous devez préalablement le récupérer sur Internet. Pour cela, cliquez sur le lien « plus » visible sur le bord supérieur de la page d’accueil de Google. Dans le menu déroulant qui s’est ouvert, cliquez sur « et encore plus ». Enfin, dans la page qui apparaît, cliquez sur « Desktop ». Une méthode plus rapide consiste à entrer simplement http://desktop.google.com/fr/ dans la barre d’adresse d’un navigateur Web.



Le logiciel est disponible pour les systèmes d’exploitation Mac OS, Linux et Windows (Vista/XP/2000 avec le SP3 ou versions ultérieures). Comme vous faites certainement partie des nombreux utilisateurs de Windows, cliquez simplement sur le bouton « Installer Google Desktop ». Le téléchargement du fichier débute au bout de deux à trois secondes. Une fois le programme rapatrié sur votre disque dur, double-cliquez dessus pour démarrer la procédure d’installation. Au cours de celle-ci, vous devez choisir les fonctions à installer. Cochez impérativement la case « Recherche améliorée » pour bénéficier des possibilités de recherche étendues de Google Desktop. Les autres options ne sont pas indispensables, à vous de voir si elles vous seront utiles.

Notez que Google Desktop est capable de gérer plusieurs comptes Windows. Un index est créé pour tout utilisateur ayant activé le logiciel au cours de sa session personnalisée. Par conséquent, si celle-ci est protégée au moyen d’un mot de passe, seul le propriétaire du compte aura accès aux résultats obtenus à l’aide de Google Desktop.

À savoir : Le logiciel ne sait pas gérer plusieurs sessions ouvertes simultanément. De fait, il faudra fermer la session en cours ou bien arrêter Google Desktop, avant d’ouvrir une nouvelle session sous un autre nom d’utilisateur.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Desktop - Indexer les fichiers présents sur l'ordinateur »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:15 par marlalapocket




Sujet 14762 - Google Desktop - Indexer les fichiers présents sur l'ordinateur

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

À l’issue de l’installation, l’index de Google Desktop est automatiquement créé. Cela signifie que le logiciel est en train d’examiner le contenu du ou des disques durs présents dans votre ordinateur. Pour que l’indexation initiale parvienne rapidement à son terme, ne vous servez pas de la machine pendant plusieurs heures (tout dépend de la taille du disque dur). Si cela n’est pas possible, Google Desktop reprendra l’indexation chaque fois que l’ordinateur sera inactif plus de 30 secondes.

À savoir : Vous devez ouvrir le client de messagerie Outlook pour que les courriels déjà reçus/envoyés soient pris en considération. S’il était déjà ouvert au moment de l’installation de Google Desktop, relancez-le au début de l’indexation initiale. Si vous constatez que les mails ne sont pas indexés, consultez la page http://desktop.google.com/support/bin/answer.py?answer=12410.

Cette phase préliminaire peut paraître bien longue, mais elle ne se produira qu’une seule fois. En effet, dès que le contenu de la machine sera totalement analysé, les mises à jour ultérieures de l’index seront transparentes. Toute manipulation de fichier (création, ouverture, enregistrement ou déplacement) sera automatiquement enregistrée dans l’index en temps réel.

Pour suivre le déroulement de l’indexation, cliquez sur l’icône Google Desktop visible dans la Barre des tâches. Dans le menu contextuel qui apparaît, choisissez la commande « Indexation > État de l’index ». Une fenêtre s’ouvre aussitôt dans votre navigateur Web.



Vous obtenez un récapitulatif sommaire des éléments indexés (fichiers, chats, courriels et historique Web) ainsi que le pourcentage d’indexation déjà réalisé. Les documents très volumineux sont partiellement indexés ; seuls les dix mille premiers mots environ sont pris en compte.

Comme nous venons de le dire, l’indexation initiale n’a lieu qu’une seule fois. Cependant, il peut se révéler nécessaire de procéder à une réindexation de l’ordinateur dans les cas suivants :

Pour une simple réindexation (les résultats ne semblent pas à jour), cliquez sur l’icône Google Desktop visible dans la Barre des tâches. Dans le menu contextuel qui apparaît, choisissez la commande « Indexation >Réindexer ».

Pour supprimer complètement l’index (en cas de dysfonctionnement manifeste du logiciel par exemple), vous n’avez pas d’autre choix que de supprimer puis réinstaller Google Desktop. Cela ne s’avère pas trop gênant dans la mesure où l’installation est vraiment très rapide.

Attention : Pendant la désinstallation (option « Supprimer entièrement pour tous les utilisateurs »), n’oubliez pas de décocher la case « Conserver les index et les gadgets pour réinstaller Google Desktop ultérieurement ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Desktop - Configurer le logiciel Google Desktop »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:17 par marlalapocket




Sujet 14764 - Google Desktop - Configurer le logiciel Google Desktop

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Bien entendu, il est possible de paramétrer le moteur de recherche local en fonction de vos besoins. Pour cela, cliquez sur l’icône Google Desktop dans la Barre des tâches. Dans le menu contextuel, choisissez la commande « Options ». Une fenêtre s’ouvre aussitôt dans le navigateur Web.



Tous les paramètres sont regroupés dans quatre onglets. Le premier, « Desktop Search », est consacré aux options d’indexation :
Enfin, les documents Office protégés par mot de passe ne sont pas indexés par défaut. Il en va de même pour les pages sécurisées (HTTPS). À vous de voir si leur contenu doit demeurer confidentiel dans Google Desktop.

L’onglet « Fonctionnalités de compte Google » est destiné aux internautes possédant un compte Google (voir chapitre 4) :

Dans l’onglet « Affichage » vous paramétrez l’aspect visuel des outils de Google Desktop :

L’onglet « Fonctionnalités avancées » propose deux options :

N’oubliez pas de valider les changements en cliquant sur le bouton « Enregistrer les préférences ». À noter que l’icône Google Desktop permet également d’accéder en un clic à quelques paramètres (Google Gadgets, barre de recherche).

Pour en finir avec les possibilités de configuration, sachez qu’il est possible d’interrompre l’indexation de deux manières :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Desktop - Rechercher localement des données »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:17 par marlalapocket




Sujet 14765 - Google Desktop - Rechercher localement des données

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]






Il est temps à présent de réaliser votre première recherche sur le disque dur grâce à Google Desktop. Si vous avez activé l’option « Champ de recherche rapide », il suffit d’appuyer deux fois sur la touche [Ctrl] pour afficher une zone de texte au centre de l’écran.

Dès que vous saisissez quelques lettres, les premiers résultats s’affichent instantanément sous la forme d’une mini-liste. Plusieurs solutions s’offrent alors à vous :

Astuce : Le champ de recherche rapide peut également être utilisé pour exécuter des programmes présents sur l’ordinateur. Si vous voulez par exemple lancer la calculatrice, tapez simplement « calc » puis cliquez sur « Calculator – Menu Démarrer » dans la mini-liste.

Lorsque vous examinez les résultats dans un navigateur Web, vous constatez que l’interface de Google Desktop est quasiment identique à celle de la recherche sur le Web.



Par défaut, tous les éléments correspondant à la requête sont listés. Vous pouvez identifier les différents types de documents grâce au pictogramme visible devant chaque résultat (une enveloppe pour désigner un mail, une icône Word pour un document texte, une icône Adobe Reader pour un fichier au format PDF, une feuille blanche avec un globe pour une page Web, une note pour un fichier audio, etc.).

Filtrer les résultats


Il est bien évidemment possible de filtrer les résultats. Pour un filtrage sommaire, jetez un œil sur le bord supérieur de l’interface. Sous le logo Google Desktop, il est précisé le nombre de courriels, de fichiers et de sites Web trouvés. Lorsque vous cliquez sur deux de ces trois liens hypertextes, d’autres options de filtrage sont disponibles :

Par défaut, les résultats sont listés dans un ordre chronologique descendant, c’est-à-dire du plus récent au plus ancien. Vous pouvez aussi les classer par pertinence en cliquant sur le lien « Trier par pertinence ».

Astuce : Un clic sur le lien « Chronologie », visible sur le bord inférieur de la fenêtre, affiche les résultats sous la forme d’une liste chronologique abrégée (une ligne par résultat).

Consulter un document


Comme pour la recherche sur le Web, il suffit de cliquer sur le titre d’un résultat (il s’agit en fait d’un lien hypertexte) pour accéder au document correspondant :

Astuce : Vous n’êtes pas obligé d’ouvrir un fichier pour voir son contenu. Cliquez simplement sur le lien « Aperçu » pour afficher un extrait du document dans le navigateur.

Afficher différentes versions d’un document


Lorsqu’il existe plusieurs versions d’un élément (fichier, page Web), vous apercevez le lien « xx en cache » (où xx désigne le nombre de moutures). Cliquez dessus pour obtenir la liste des différentes versions. Attention, le contenu du cache s’affiche dans une fenêtre du navigateur, sans forcément respecter la mise en forme du document original.

Supprimer des éléments de l’index


Si, pour une raison ou une autre, vous souhaitez retirer des informations de l’index, cliquez sur le lien « Supprimer de l’index ». Des cases apparaissent aussitôt à gauche des titres des résultats. Cochez celles placées devant les éléments à effacer, puis cliquez sur le bouton « Supprimer ». Cette procédure n’entraîne pas la destruction des fichiers et courriels originaux ; seul l’index est remanié. Enfin, sachez que tout élément retiré de ce dernier ne sera plus pris en compte lors de futures requêtes, même si vous le consultez à nouveau.

Effectuer une recherche avancée


À l’instar de la recherche sur le Web, vous pouvez faire appel à un formulaire de recherche avancée. Pour cela, sur la page d’accueil de Google Desktop, cliquez sur le lien « Recherche avancée » situé à gauche du champ de saisie.



Il est possible de définir le type d’élément à trouver (courriels, fichiers, chats, etc.), d’inclure et/ou d’exclure des mots-clés, ainsi que de préciser une période de temps. Un clic sur le bouton « Recherche Desktop » lance la recherche.

Si vous possédez l’application de messagerie Outlook, Google Desktop ajoute une barre d’outils très pratique. Celle-ci remplace avantageusement le module de recherche natif d’Outlook, car elle allie rapidité et simplicité d’utilisation. Tapez un ou plusieurs mots-clés dans la zone de texte, puis cliquez sur le bouton « Rechercher ». Les résultats sont affichés dans une fenêtre comprenant trois colonnes :

Pour trier les résultats, cliquez sur l’un des en-têtes de colonnes. Double-cliquez sur un message pour l’ouvrir.

Verrouiller les recherches


Google Desktop étant un outil très puissant et indiscret, il peut parfois s’avérer nécessaire d’interdire son utilisation à toute autre personne que vous (notamment dans un environnement professionnel). À cet effet, cliquez sur l’icône Google Desktop dans la Barre des tâches et choisissez la commande « Verrouiller les recherches » dans le menu contextuel. Désormais, toute recherche locale (via le champ de recherche rapide ou la barre de bureau) sera interdite, jusqu’à ce que quelqu’un sélectionne la commande « Déverrouiller les recherches » dans le menu contextuel de l’icône Google Desktop et saisisse le mot de passe de la session Windows actuelle.

Attention : Si vous n’avez pas protégé votre compte utilisateur Windows par un mot de passe, il est impossible de bloquer la recherche dans Google Desktop.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Agenda - Découvrir Google Agenda »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:18 par marlalapocket




Sujet 14766 - Google Agenda - Découvrir Google Agenda

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

« PrécédentSuivant »
Sommaire

Google Agenda

Par défaut, Google Agenda affiche votre emploi du temps de la semaine. Pour changer de vue, cliquez sur les liens « Jour », « Mois » ou « 4 jours suivants ». « Mon planning » répertorie les rendez-vous sous forme de liste.

Saisir un rendez-vous


Deux solutions s'offrent à vous pour créer un rendez-vous. La première consiste tout simplement à cliquer sur le jour et l'heure souhaités dans l'agenda. Une heure étant divisée en deux blocs d'une demi-heure, pour débuter par exemple un rendez-vous à 16 heures 30, cliquez sur le second bloc visible entre 16 heures et 17 heures. Une bulle apparaît aussitôt :


Tapez la raison du rendez-vous dans le champ « Objet » et cliquez sur le bouton « Créer un événement » pour le sauvegarder. Pour ne pas l'enregistrer, cliquez sur la petite croix dans la bulle ou bien sur la zone grisée dans l'agenda.

La seconde méthode pour saisir un rendez-vous consiste à cliquer sur le lien « Créer un événement » visible sous le logo Google Agenda. Un formulaire de saisie apparaît (notez qu'un clic sur le lien « modifier les détails de l'événement » dans la bulle ouvre le même formulaire) :

Ici, vous pouvez définir la périodicité de l'événement, ajouter une description, modifier la plage horaire ainsi que la date et programmer un rappel sous la forme d'un pop-up et/ou d'un courriel. Le rendez-vous peut être public ou privé (cette option est importante si votre agenda est public, nous en reparlerons un peu plus tard). Si l'événement concerne plusieurs personnes, il est possible de saisir leurs adresses mail dans la rubrique « Invités » pour les prévenir. Validez le rendez-vous en cliquant sur le bouton « Enregistrer ».

À savoir : Le mode « réunion » de Google Agenda est compatible avec celui de Microsoft Outlook.

Modifier un événement


Le rendez-vous est désormais visible dans votre agenda. Pour afficher les détails, cliquez simplement dessus. Une bulle d'information apparaît. Pour procéder à des modifications via le formulaire, cliquez sur le lien « modifier les détails de l'événement » (un double clic sur l'événement produit le même résultat).

Lorsqu'un rendez-vous concerne plusieurs personnes, tout changement dans l'horaire ou la date peut leur être signalé. Par ailleurs, à tout moment, vous pouvez changer d'avis quant à votre présence à la réunion. Pour cela, cliquez sur le lien « Modifier votre réponse » dans le formulaire.



Vous pouvez aussi procéder à des changements à l'aide de la souris :

Pour effacer un rendez-vous, cliquez dessus et sélectionnez le lien « Supprimer » dans la bulle d'information. Pour mettre votre emploi du temps sur papier, sélectionnez la vue adéquate (jour, semaine, etc.) puis cliquez sur le lien « Imprimer ».

Gérer plusieurs agendas


Il peut être parfois utile de créer un second agenda (pour y inscrire des rendez-vous particuliers) ou bien d'ajouter l'agenda de l'un de vos amis. La gestion de multiples emplois du temps s'effectue vraiment très simplement dans Google Agenda. Sur le bord gauche de l'interface, sous le calendrier, vous apercevez votre agenda. Par défaut, son titre se compose de vos prénom et nom. Pour masquer les événements liés à cet agenda dans l'emploi du temps, décochez la case précédant le titre.

La petite flèche à droite du titre ouvre un menu déroulant comprenant plusieurs sous-menus :
Dans la palette de couleurs, sélectionnez la teinte qui sera assignée à vos événements.
Pour ajouter un agenda personnel, cliquez sur le lien « Ajouter » puis sur « Créer un agenda ». Remplissez le formulaire qui apparaît (vous devez au moins saisir un libellé). Cliquez enfin sur le bouton « Créer l'agenda ». Il s'affiche aussitôt dans la rubrique « Mes agendas ». Lorsque vous créerez un événement, vous devrez désormais préciser l'agenda dans lequel il sera inséré.


Pour ajouter l'emploi du temps d'une autre personne, cliquez sur le lien « Ajouter » puis sur « Ajouter l'agenda d'un ami ». Saisissez l'adresse mail de votre ami et cliquez sur le bouton « Ajouter » pour lui envoyer une demande. Lorsqu'un ami décide, de lui-même, de partager son agenda avec vous, vous n'avez rien à faire. Son emploi du temps sera automatiquement ajouté à votre liste d'agendas.

Pour ajouter un agenda public, cliquez sur le lien « Ajouter » puis sur « Ajouter un agenda public ». Dans la zone de texte « Critères de recherche » de l'onglet « Recherche d'agendas publics », tapez un ou plusieurs mots-clés (par exemple « olympique lyonnais » pour trouver la date des matches de l'équipe de football de Lyon). Validez en cliquant sur le bouton « Rechercher ». Si l'un des résultats renvoyés par Google vous intéresse, cliquez sur son bouton « Ajouter ». Dans l'onglet « Parcourir les agendas » vous trouverez des agendas indiquant par exemple les jours fériés dans différents pays ainsi que les fêtes religieuses chrétiennes, juives et islamiques.

À savoir : La commande « Ajouter un agenda public » propose les mêmes options qu'une requête effectuée à partir du champ de recherche situé à droite du logo Google Agenda.

Pour importer un agenda provenant par exemple d'Outlook, cliquez sur le lien « Ajouter » puis sur « Importer un agenda ». Enfin, pour gérer vos différents emplois du temps, cliquez sur le lien « Gérer les agendas » visible sous la liste des agendas. Une nouvelle fenêtre apparaît :

Elle se compose de trois onglets :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 avril 2011 à 23:13 par Jeff
Ce document intitulé « Google Agenda - Découvrir Google Agenda » issu de CommentCaMarche.net (CCM) (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.




Sujet 14771 - Google Documents - Découvrir Google Documents

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

N’importe quel utilisateur de micro-ordinateur a, au moins une fois dans sa vie, eu recours à une application bureautique, comme Microsoft Office, WordPerfect ou OpenOffice.org. Malgré un marché très largement dominé par Microsoft, la société Google n’a pas hésité à développer une suite bureautique de son cru. Toutefois, contrairement à ses concurrents, elle propose un produit totalement gratuit et 100 % Web. Vous n’avez donc rien à installer sur votre machine, il suffit simplement d’un navigateur Internet et d’un compte Google pour créer et partager rapidement des documents.

Sur la page d’accueil de Google, cliquez sur le lien « plus » situé sur le bord supérieur de la fenêtre, puis sur le lien « Documents » dans le menu déroulant qui s’est ouvert. Une autre méthode consiste à taper http://www.google.com/documents dans la barre d’adresse du navigateur Web.

Dans la fenêtre qui apparaît, saisissez les identifiants de votre compte Google et cliquez sur le bouton « Connexion » (si vous ne possédez pas encore de compte, cliquez sur le bouton « Adoptez Google Document dès maintenant »). La page d’accueil de Google Documents s’ouvre aussitôt :



Lorsque vous ouvrez Google Documents pour la première fois, vous apercevez une immense zone vide. C’est ici que seront répertoriés les documents que vous aurez créés ou importés. Le volet gauche permet de filtrer les documents selon certains critères (appartenance, suivi, partage, etc.). Les actions applicables aux fichiers peuvent être sélectionnées dans la barre d’outils située sous le logo du service. Enfin, il est possible d’effectuer des recherches à partir du champ de saisie visible sur le bord supérieur de la fenêtre.

Importer des documents existants


Les documents que vous créez avec cette suite bureautique sont sauvegardés en ligne, ce qui pourrait poser des problèmes de confidentialité. Toutefois, la société Google certifie que la confidentialité des fichiers est parfaitement assurée tant que vous ne les publiez pas sur Internet ou que vous n’autorisez pas des personnes à les lire ou les modifier. De même, les robots automatisés, qui sillonnent le Web pour indexer son contenu, ne peuvent pas accéder à vos documents.

Ces premières inquiétudes dissipées, vous pouvez commencer à importer des fichiers présents sur votre ordinateur. Grâce à Google Documents, ils seront accessibles à tout moment dans le monde entier. Les formats de fichiers reconnus sont les suivants :

Cliquez sur le bouton « Importer » dans la barre d’outils. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur le bouton « Parcourir » et recherchez le fichier à télécharger. Attention, il existe une limite de taille maximale à ne pas dépasser (500 Ko pour les documents texte, 10 Mo pour les présentations et 1 Mo pour les feuilles de calcul).

Assignez éventuellement un libellé au document si le nom du fichier n’est pas assez explicite. Cliquez finalement sur le bouton « Transférer un fichier ». À l’issue de l’importation, le document est ouvert et vous pouvez immédiatement le modifier. Fermez-le en cliquant sur le bouton « Enregistrer et fermer ».



Ce mode d’importation souffre toutefois d’un inconvénient important. Vous devez répéter la procédure pour chaque document à importer, ce qui prend du temps. Pour éviter cela, il est possible d’envoyer jusqu’à dix fichiers par courriel. L’adresse de destination est précisée dans la rubrique « Importer par e-mail les documents et fichiers » de la fenêtre « Importer un fichier ».

Créer un document


Pour travailler avec un nouveau fichier, cliquez sur le bouton « Créer » dans la barre d’outils. Dans le menu déroulant qui s’est ouvert, choisissez le type d’élément à générer : un document texte, une feuille de calcul ou une présentation. Si vous êtes habitué à travailler avec des outils bureautiques (traitement de texte, tableur, logiciel de présentation), vous ne rencontrerez vraiment aucune difficulté lors de l’utilisation de Google Documents. N’hésitez pas à jeter un œil sur les menus et sous-menus disponibles.

Le bouton « Créer » permet également d’ajouter un nouveau dossier dans lequel vous stockerez vos fichiers. Vous devez lui attribuer un nom et éventuellement une couleur. Le dossier sera ensuite visible dans le volet gauche. Si vous ne le voyez pas, cliquez sur le signe « + » situé devant « Tous les dossiers » pour dérouler la liste des dossiers. Lorsque vous effectuez un clic droit sur un dossier, vous ouvrez un menu contextuel contenant plusieurs options. Vous pouvez par exemple changer le nom d’un dossier ou le supprimer.

Manipuler des documents


La page d’accueil de Google Documents représente votre centre de contrôle. Toutes les opérations applicables aux fichiers sont regroupées ici. Lorsque vous cliquez avec le bouton droit sur un fichier, un menu contextuel apparaît :



Les commandes présentes sont quasiment les mêmes, quel que soit le type de fichier. Seules les options d’enregistrement peuvent varier. Celles-ci permettent de convertir vos documents Google dans un format standard et de les enregistrer sur votre disque dur. Vous disposerez ainsi d’une copie « locale » de vos fichiers en ligne (on ne sait jamais, un problème est vite arrivé en informatique…).

L’option « Publier » est particulièrement intéressante car elle autorise la publication d’un fichier sur le Web en un clic de souris. Il sera ainsi consultable par toutes les personnes auxquelles vous aurez communiqué son URL. Bien entendu, vous pouvez interrompre la publication à tout moment. À noter que pour publier une feuille de calcul, vous devez impérativement ouvrir le fichier et passer par l’onglet « Publier » visible dans le coin supérieur droit de la fenêtre.



Lorsque vous supprimez un fichier, celui-ci est temporairement stocké dans la corbeille. Pour effacer définitivement des documents, videz cette dernière.

Pour déplacer un document dans un dossier, faites un simple glisser-déposer à l’aide de la souris. Vous pouvez aussi recourir au bouton « Déplacer vers » de la barre d’outils. Lorsque vous examinez la liste des fichiers en mode « Tous les éléments », vous apercevez tout d’abord le nom du document, puis éventuellement le nom du dossier dans lequel il est enregistré.

Quand vous cliquez sur l’étoile blanche précédant le nom d’un document, elle devient jaune et le document est répertorié sous « Suivis » dans le volet gauche. Vous pouvez ainsi accéder en un clic à des documents importants sans avoir à les chercher parmi des dizaines de fichiers.

Vous pouvez ouvrir et gérer simultanément plusieurs fichiers. Chaque document est en effet affiché dans une fenêtre séparée. Par conséquent, vous passez de l’un à l’autre sans souci. N’oubliez surtout pas d’enregistrer régulièrement vos documents (seules les feuilles de calcul bénéficient d’une sauvegarde automatique).

Astuce : À l’instar de nombreux logiciels, il est possible de recourir à des raccourcis-clavier dans Google Documents. Vous trouverez un tableau récapitulatif à l’adresse http://documents.google.com /support/bin/answer.py?answer=66280&hl;=fr.

Partager des documents


Google Documents dispose d’une fonction de partage particulièrement performante. Pour partager un fichier, il est possible de faire un clic droit sur son nom dans la page d’accueil et de sélectionner l’option « Partager ». Cette méthode rapide est conseillée pour les documents texte et les présentations. En revanche, pour les feuilles de calcul, nous vous suggérons d’ouvrir le fichier et de cliquer sur l’onglet « Partager ». En effet, les options – présentes dans le formulaire qui apparaît – sont plus nombreuses que via le menu contextuel.



Vous pouvez inviter deux types d’utilisateurs :

Si vous le souhaitez, vous serez prévenu quotidiennement par courriel des modifications opérées sur le fichier.

Pour inviter des utilisateurs, saisissez leurs adresses mail – séparées par une virgule – dans la zone de texte, puis cliquez sur le bouton « Inviter des collaborateurs » (ou « Inviter des lecteurs »). Les personnes invitées reçoivent un mail contenant une URL sur laquelle elles doivent cliquer pour accéder au document. À partir de maintenant, les invités peuvent modifier le fichier en temps réel. Si vous regardez le document lorsqu’un collaborateur le modifie, les changements s’opéreront sous vos yeux !

Pour supprimer des collaborateurs et des lecteurs, cliquez sur l’onglet « Partager » lorsque le document est ouvert. Dans la rubrique « Ce document est actuellement partagé », cliquez sur le lien « Supprimer » de la personne souhaitée.


Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google News - suivre l'actualité en continu »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:21 par marlalapocket




Sujet 14893 - Google News - suivre l'actualité en continu

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Aimeriez-vous accéder aux informations publiées par 500 sources différentes en langue française, mises à jour en continu ? Si vous répondez par l’affirmative, cliquez simplement sur le lien « Actualités » situé sur le bord supérieur de la page d’accueil de Google. Une autre méthode consiste à taper http://news.google.fr dans la barre d’adresse du navigateur Web. Une nouvelle fenêtre apparaît :



La page est structurée de la manière suivante :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google News - Personnnaliser les actus »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:22 par marlalapocket




Sujet 14894 - Google News - Personnnaliser les actus

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

L’ordre d’apparition des rubriques thématiques peut être modifié par l’utilisateur. Il existe deux façons de procéder :

Au vu des éléments précédents, nous vous encourageons donc à créer un compte Google si ce n’est pas encore fait. Ensuite, sur la page d’accueil des actualités, cliquez sur le lien « Connexion » visible dans le coin supérieur droit de la fenêtre. Dans la fenêtre qui s’affiche, saisissez vos identifiants Google puis cliquez sur le bouton « Connexion ».
Cliquez maintenant sur le bouton « Personnaliser cette page » dans la rubrique « À la une ». La rubrique « Personnaliser cette page » apparaît :



Lorsque vous positionnez le pointeur de la souris sur un bloc, il peut prendre deux formes. S’il se transforme en quadruple flèche, cela signifie que vous pouvez déplacer le bloc n’importe où. Vous n’êtes pas obligé de garder une symétrie parfaite (quatre rubriques sur deux colonnes). Il est tout à fait possible d’avoir trois rubriques dans la première colonne et cinq dans la seconde. Quand le pointeur prend la forme d’une main, il suffit de cliquer sur le bloc pour le modifier.



Cliquez par exemple sur la liste déroulante « Édition » et choisissez « Canada français ». Dans la liste déroulante « Rubrique », sélectionnez ensuite « Science/Tech ». Enfin, précisez le nombre d’articles qui seront affichés (de 1 à 9) et cliquez sur le bouton « Enregistrer les modifications ». Un message vous signale aussitôt que les paramètres de vos actualités personnalisées ont été enregistrés dans votre compte Google. Cliquez sur le lien « fermer » pour faire disparaître le message.

Procédez éventuellement à des changements dans d’autres rubriques ou ajoutez une nouvelle rubrique. Dès que vous êtes satisfait de vos modifications, cliquez sur le bouton « Enregistrer la disposition ». Un nouveau message apparaît. Cliquez deux fois de suite sur le lien « fermer ». Vérifiez maintenant si la rubrique canadienne francophone « Science/Tech » est bien affichée sur votre page. Ce devrait être le cas.

Lorsque vous examinez les rubriques thématiques, vous constatez la présence d’un lien « modifier ». Cliquez dessus pour effectuer des changements dans la rubrique concernée. La procédure est identique à celle que nous venons d’étudier. Un clic sur la petite croix à droite du lien supprime la rubrique. Par défaut, trois articles sont affichés par rubrique. Vous pouvez augmenter ou réduire ce nombre en cliquant sur les liens « Afficher plus d’articles » et « Afficher moins d’articles ».

Par ailleurs, notez que la page d’informations de Google est automatiquement mise à jour à intervalles réguliers. Vous apercevez le message « Généré automatiquement il y a xx minutes » en haut de page et les articles mis en avant changent fréquemment. Enfin, en bas de page, le lien « Partagez vos actualités personnalisées avec un ami » vous permet d’envoyer les paramètres de vos actualités personnalisées à un ami afin qu’il les intègre éventuellement sur son ordinateur.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google News - Rechercher dans les actualités »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:22 par marlalapocket




Sujet 14895 - Google News - Rechercher dans les actualités

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Étant donné que Google propose un moteur de recherche optimisé pour les actualités, autant en profiter. Les requêtes sont structurées de la même manière que pour les recherches sur le Web. Il suffit de taper un ou plusieurs mots-clés puis de cliquer sur le bouton « Recherche Actualités ». Les opérateurs booléens sont bien évidemment acceptés.
Vous pouvez également recourir à un formulaire de recherche avancée en cliquant sur le lien « Actualités – Recherche avancée ».



Les options disponibles sont les suivantes :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Alertes - Créer des alertes personnalisées »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:22 par marlalapocket




Sujet 14896 - Google Alertes - Créer des alertes personnalisées

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

L’actualité étant par nature en perpétuel renouvellement, il n’est pas facile d’être tenu informé des derniers rebondissements dans telle ou telle affaire. La société Google s’est donc penchée sur le problème… Dans la page d’accueil des actus, jetez un œil sous le bandeau latéral gauche. Vous apercevez le lien « Alertes Actualités » ; cliquez dessus. Une nouvelle fenêtre apparaît :



Vous êtes sur la page d’accueil d’un autre service, Google Alertes. Celui-ci permet de créer des alertes personnalisées. Dès que de nouveaux résultats – correspondant aux mots-clés que vous avez saisis – sont disponibles, vous les recevez automatiquement par courriel. À l’heure actuelle, le service propose quatre types d’alerte :

Pour créer une alerte, vous devez saisir un ou plusieurs mots-clés, préciser le type d’alerte ainsi que la fréquence d’envoi et indiquer une adresse mail.

Pour gérer vos alertes, cliquez sur le lien « cliquez ici pour gérer vos alertes » dans la page d’accueil Google Alertes. Vous pouvez aussi taper http://www.google.com/alerts/manage?hl=fr≷= dans la barre d’adresse de votre navigateur Web.



Par défaut, les alertes sont envoyées au format HTML. Cliquez sur le lien « Utiliser des courriers électroniques au format texte » pour les recevoir au format texte brut. Pour modifier une alerte, cliquez sur le lien « modifier ». Vous pouvez tout changer à l’exception de l’adresse mail. Si vous souhaitez néanmoins modifier cette dernière, vous devez préalablement supprimer l’alerte existante et en recréer une sur la page d’accueil de Google Alertes en précisant une nouvelle adresse mail.

Pour effacer une alerte, cochez la case qui lui est associée et cliquez sur le bouton « Supprimer ». Il est également possible d’annuler individuellement les alertes en cliquant sur le lien d’annulation présent à la fin de chaque courriel reçu.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Reader - Ajouter un fil RSS »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:25 par marlalapocket




Sujet 14897 - Google Reader - Ajouter un fil RSS

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Si c’est la première fois que vous lancez Google Reader, vous n’êtes encore abonné à aucun flux. Toutefois, vous pouvez dès à présent vous inscrire à des fils RSS présélectionnés par Google dans le domaine des actualités, du sport et des technologies.

Pour prendre connaissance du contenu de la rubrique « Actualités », positionnez simplement le pointeur de la souris sur le lien « 9 flux ». Une liste contextuelle s’affiche. Le contenu paraissant intéressant, cliquez sur le bouton « S’abonner » adjacent.

La rubrique « Afficher » apparaît aussitôt dans le bandeau latéral gauche (également appelé volet de navigation). Elle contient un dossier « Actualités » suivi d’une valeur. Celle-ci indique le nombre d’articles non lus. Pour visualiser leurs titres sans tenir compte de la source, cliquez sur le lien « Actualités ». Sinon sélectionnez le média souhaité.



Dans la partie droite de la fenêtre, vous apercevez les articles listés du plus récent au plus ancien. Chaque article est identifié par son titre, la date/heure de sa publication et un court résumé. Pour consulter l’intégralité de l’article dans une nouvelle fenêtre, cliquez simplement sur son titre. Des liens hypertextes sont également visibles sous le résumé :

Pour ajouter manuellement un fil RSS, cliquez sur le lien « Ajouter un abonnement » dans le bandeau latéral gauche. Une boîte de dialogue apparaît. Deux solutions s’offrent alors à vous :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Reader - Gérer les flux RSS »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:28 par marlalapocket




Sujet 14898 - Google Reader - Gérer les flux RSS

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour accéder aux paramètres de Google Reader et aux options de gestion des fils d’actualisation, cliquez sur le lien « Gérer mes abonnements » situé sur le bord inférieur du volet de navigation. Une nouvelle fenêtre s’ouvre :



Vous apercevez tous les flux de syndication, auxquels vous êtes inscrit, dans l’onglet « Abonnements ». Le lien « Renommer » permet de changer l’intitulé d’un fil d’actu. Pour supprimer un abonnement, cliquez simplement sur sa poubelle. Pour créer un dossier, cliquez sur n’importe quel bouton « Changer de dossier » ou « Ajouter à un dossier », puis cliquez sur « Nouveau dossier… » dans le menu déroulant.

Pour retirer un abonnement d’un dossier, cliquez sur son bouton « Changer de dossier » et cliquez sur le nom du dossier pour enlever la coche. La procédure est identique pour attribuer un dossier à un fil RSS. Notez par ailleurs qu’il est possible de classer un flux dans plusieurs dossiers simultanément.

Les autres options de Google Reader sont réparties dans quatre onglets :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Reader - S'abonner aux flux RSS »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:28 par marlalapocket




Sujet 14899 - Google Reader - S'abonner aux flux RSS

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Les alertes ne sont pas l’unique moyen pour rester informé. Les flux RSS, également appelés flux d’actualisation ou de syndication, contiennent des informations fréquemment mises à jour. Ils sont publiés sur des sites Web et des blogs. Toutefois, pour visualiser leur contenu, il faut recourir à un lecteur de fils RSS. Bien évidemment, Google dispose d’un tel utilitaire dans sa trousse à outils.

Cliquez sur le lien « plus » visible sur le bord supérieur de la page d’accueil du moteur de recherche, puis sur le lien « Reader » dans le menu déroulant qui s’est ouvert. Une nouvelle fenêtre apparaît :



Ajouter un fil RSS
Gérer les flux RSS

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Talk - Installer Gtalk »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:27 par marlalapocket




Sujet 14923 - Google Talk - Installer Gtalk

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Google dispose dans sa trousse à outils d’un programme de chat appelé Google Talk. Pour le télécharger, cliquez sur le lien « plus » dans la page d’accueil de Google, puis sur « et encore plus » dans le menu déroulant qui s’est ouvert. Dans la fenêtre « Autres produits Google » qui apparaît, cliquez sur le lien « Talk » de la rubrique « Communiquer, publier et partager ». Une méthode plus rapide consiste à taper directement http://www.google.com/talk/intl/fr dans la barre d’adresse du navigateur Web. Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt :



Deux versions de Google Talk sont disponibles : une à installer sur l’ordinateur, une autre – sans installation – utilisable à partir d’un simple navigateur. Nous reparlerons de la seconde un peu plus tard. Cliquez sur le bouton « Télécharger Google Talk » pour lancer le rapatriement du fichier d’installation Windows sur votre machine.

Astuce : Il n’existe pas de version Linux ou Mac OS. Toutefois, Talk supporte plusieurs standards de communication. Il est donc possible d’installer d’autres clients de messagerie sur un système Linux/Mac OS pour communiquer avec Talk. Vous trouverez une liste de programmes compatibles sur http://www.google.com/talk/ otherclients.html.

Double-cliquez à présent sur le fichier googletalk-setup-fr.exe pour démarrer l’installation. Si vous êtes sous Windows Vista, un message d’avertissement vous signale que Talk ne fonctionne que sous Windows 2000, XP ou 2003.



N’en tenez pas compte, l’installation – extrêmement rapide – se déroulera sans aucun problème.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Talk - Configurer le logiciel »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 15:10 par marlalapocket




Sujet 14924 - Google Talk - Configurer le logiciel

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Talk est automatiquement lancé à l’issue de l’installation. Pour commencer, vous devez vous identifier afin d’accéder au service. Il suffit pour cela de saisir les identifiants de votre compte Gmail dans les champs « Nom d’utilisateur Gmail : » et « Mot de passe ». Si vous êtes le seul utilisateur de l’ordinateur, vous pouvez cocher sans souci la case « Mémoriser mon mot de passe ». Cliquez finalement sur le bouton « Connexion ».

Une fois connecté, cliquez sur le lien « Paramètres » situé sur le bord supérieur de l’interface. Une fenêtre du même nom apparaît :



Sous « Général », il est possible de configurer les options suivantes :

L’onglet « Chatter » (et le suivant) n’est visible que lorsque vous êtes connecté. Vous décidez ici de la procédure à suivre quant à l’enregistrement de vos conversations (sauvegarde dans Gmail ou aucune mémorisation).

Sous « Contacts bloqués » sont répertoriées les personnes avec lesquelles vous ne voulez plus correspondre pour x raisons (elles vous insupportent, vous harcèlent…). Toutefois, il est possible à tout moment de les réintégrer dans la liste des contacts en les sélectionnant et en cliquant sur le bouton « Débloquer ».

Vous pouvez être prévenu, d’une manière sonore et/ou visuelle, de la survenue de certains événements (réception d’un courriel dans votre boîte Gmail, chat ou appel entrant, etc.). Pour cela, cochez les cases souhaitées dans l’onglet « Notifications ».

Si vous accédez à Internet par l’intermédiaire d’un serveur proxy, précisez-le sous « Connexion ».

Si vous possédez un microphone et des haut-parleurs, vous pouvez converser avec vos contacts de vive voix, à condition qu’ils soient également équipés d’un matériel similaire. Sous « Audio », vous choisissez les périphériques d’entrée/sortie audio (micro, casque ou haut-parleurs).

Le dernier onglet « Apparence » permet de personnaliser la fenêtre de discussion. Sélectionnez le thème qui vous plaît à l’aide de la liste déroulante « Thème du chat ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Talk - Discuter avec ses amis »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 14:19 par marlalapocket




Sujet 15033 - Google Talk - Discuter avec ses amis

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Il est temps maintenant d’apprendre à vous servir de Talk. Cet outil, peu gourmand en ressources par rapport à un concurrent comme Windows Live Messenger, est vraiment très simple d’emploi.



Vos nom et statut (« Disponible », « Ne pas déranger », etc.) sont visibles sous le logo Google Talk. Un clic sur la petite flèche bleue ouvre un menu déroulant, dans lequel vous pouvez changer de statut. Choisissez « Message personnalisé… » pour saisir un texte qui sera ensuite vu par tous vos contacts. Ce message peut par exemple refléter votre état d’esprit du moment. En cas de changement d’humeur, il suffira de cliquer sur « Effacer les messages personnalisés » dans le même menu déroulant pour revenir au statut standard « Disponible ». Pour vous déconnecter sans fermer Talk, cliquez sur « Déconnexion ».

Il est également possible de choisir un visuel, qui apparaîtra à droite de votre nom sur l’écran de vos correspondants. Pour cela, cliquez sur la silhouette rosée à droite de votre nom. Sélectionnez l’une des illustrations disponibles ou bien cliquez sur « Autres images » pour rechercher un fichier image (png, gif, jpg, bmp) sur le disque dur.

Sous le statut, vous apercevez un champ avec une loupe, dans lequel il est écrit « Rechercher tous les contacts ». Cliquez dessus puis tapez les premières lettres du nom de l’un de vos contacts. Vous constatez que Talk affiche uniquement les personnes correspondant à la saisie. Ce champ de recherche se révèle donc fort utile lorsque la liste des contacts contient de très nombreuses entrées. Cliquez sur la petite croix pour réafficher toute la liste.

Les personnes figurant dans celle-ci sont identifiables par leur nom et éventuellement leur photographie. Plutôt que de conserver les usuels noms et prénoms, il s’avère par exemple plus sympa d’utiliser des surnoms ou des diminutifs. Pour changer l’intitulé d’un contact, faites un clic droit dessus et choisissez « Renommer » dans le menu contextuel.

Lorsqu’un correspondant est en ligne et disponible pour discuter, vous apercevez un point vert devant son nom. Un point orange signale qu’il est connecté, mais qu’il n’est pas devant son écran. Un panneau « sens interdit » signifie qu’il est connecté et qu’il ne faut pas le déranger. Enfin, un point gris indique qu’il n’y a pas de session Google Talk ouverte.

À tout moment, vous pouvez ajouter de nouveaux contacts à la liste. Pour cela, deux solutions s’offrent à vous :

Les invités ne possédant pas de compte Gmail devront en créer un, avant de pouvoir communiquer avec Talk. Ceux qui disposent d’un compte Gmail ne sont pas obligés de télécharger le programme d’installation de Talk. En effet, un module de chat est présent dans l’interface Gmail.

Le bouton « Afficher », adjacent au bouton « +Ajouter », permet de modifier immédiatement et simplement les options de l’onglet « Général » de la boîte de dialogue « Paramètres » (présentée dans la section « Configurer le logiciel »). Quant au M majuscule suivi d’un chiffre, il indique le nombre de courriels reçus non lus. Pour accéder directement à votre compte Gmail (sans saisir d’identifiants), cliquez sur le M.

Pour communiquer avec l’un de vos contacts dans Talk, cliquez sur son nom. Une petite fenêtre, que vous pouvez positionner n’importe où, apparaît :



Tapez votre message dans la zone de saisie contenant un curseur clignotant, puis appuyez sur la touche [Entrée] pour l’envoyer. Votre texte s’affiche simultanément dans la zone de lecture. Quand vous recevez un message, vous entendez par défaut un son et une notification de réception apparaît dans le coin inférieur droit de l’écran pendant quelques secondes.

Si le contact n’est pas connecté, vous pouvez tout de même lui envoyer un message instantané qu’il recevra lors de sa prochaine connexion. Vous avez également la possibilité de cliquer sur le bouton « E-mail », visible sur le bord supérieur de la fenêtre, pour lui adresser un classique courriel via Gmail.

Outre l’échange textuel, Talk permet de communiquer de vive voix avec les correspondants disposant d’un microphone et d’un périphérique de sortie audio (casque ou haut-parleurs). Pour appeler un contact, deux solutions s’offrent à vous :

Une sonnerie de téléphone retentit sur l’ordinateur de votre interlocuteur et une notification visuelle signale un appel entrant (le nom de l’appelant est précisé). Pour accepter celui-ci, il suffit à votre contact de cliquer sur le bouton « Répondre ». Pour le refuser, il doit cliquer sur le bouton « Ignorer ». Pendant la conversation, chacun des interlocuteurs peut raccrocher à tout moment en activant le bouton « Mettre fin à l’appel ». Le bouton « Couper le son » sert à désactiver temporairement le micro (c’est l’équivalent de la touche « Secret » sur un véritable combiné téléphonique).

Attention : Si vous êtes loin de votre ordinateur lors d’un appel et que vous ne répondez pas, Talk raccroche automatiquement au bout de quelques secondes. Le message « Vous avez manqué un appel de… » est ensuite affiché dans la fenêtre de conversation associée à l’appelant.

Lorsque vous discutez via des messages écrits, vous pouvez – en cours de conversation – signaler à votre contact que vous basculez en mode privé. Cette action a pour conséquence d’interdire, des deux côtés, l’enregistrement automatique des chats que vous pourriez désormais avoir avec cette personne. Le mode privé est permanent ; cela signifie qu’il n’est pas annulé par l’arrêt de la session Talk en cours. Vous n’êtes donc pas obligé de le réactiver pour chaque nouvelle session.

Pour activer ce mode, cliquez sur la petite flèche bleue visible à droite du bouton « E-mail » dans la fenêtre de conversation souhaitée. Sélectionnez ensuite l’option « Passer en mode privé » dans le menu déroulant. Un avertissement est aussitôt affiché : « Vous êtes désormais en mode privé. À partir de maintenant, les sessions de chat avec [untel] ne seront plus enregistrées dans le compte Gmail de [untel] ni dans le vôtre ». Pour annuler le mode privé, cliquez de nouveau sur la petite flèche bleue et choisissez « Ne plus chatter en mode privé ».

Attention : Le mode privé n’interdit pas le copier-coller. Par conséquent, vos contacts auront toujours la possibilité de copier le contenu de la fenêtre de discussion avec la combinaison de touches [Ctrl]+[C].

Pour bloquer une personne ou la supprimer de la liste des contacts, faites un clic droit sur son nom dans la fenêtre principale de Google Talk. Puis, sélectionnez la commande adéquate dans le menu contextuel qui est apparu. L’option « Utiliser cette image », également présente dans ce menu, permet de récupérer l’image d’un contact et de remplacer votre propre visuel par celle-ci.

Avant de nous intéresser à la version « gadget » de Google Talk, voici trois petites astuces pour gérer d’une manière optimale les fenêtres de discussion :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Talk - Discuter sur le web »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:38 par marlalapocket




Sujet 15035 - Google Talk - Discuter sur le web

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Il est possible d’utiliser Talk sans installer d’application sur l’ordinateur, en recourant à une version destinée au Web. Ce peut être par exemple utile lorsque vous voulez discuter avec vos contacts à partir d’une machine qui ne vous appartient pas (vous êtes chez un ami, dans un cybercafé, dans une bibliothèque publique, etc.).

Tapez http://www.google.com/talk/intl/fr/ dans la barre d’adresse du navigateur Web. Dans la fenêtre qui s’est ouverte, cliquez sur le lien « Lancer le gadget Google Talk ». Cliquez ensuite sur le lien « Connexion », puis saisissez vos identifiants de compte Google. Validez en cliquant sur le bouton « Connexion ». Une nouvelle fenêtre apparaît :



Au démarrage, la fenêtre se compose d’un seul onglet intitulé « Contacts », dans lequel est affichée la liste de vos correspondants. Vous apercevez sur le bord inférieur de la fenêtre les boutons « +Ajouter » et « Tous mes contacts ». Un clic sur ce dernier déroule une liste contenant tous vos contacts Gmail. Si vous sélectionnez une personne avec laquelle vous n’avez jamais conversé dans Talk, il vous est proposé de l’inviter.

Pour engager une discussion, cliquez sur le contact souhaité. Un nouvel onglet, ayant pour titre le prénom ou le surnom de la personne, s’ouvre aussitôt. Pour lui envoyer un message, tapez votre texte dans le champ visible sur le bord inférieur de la fenêtre. Validez la saisie en pressant la touche [Entrée].

À droite de la zone de texte, vous apercevez une émoticône jaune. Cliquez dessus pour ouvrir une petite fenêtre contenant plusieurs émoticônes. Pour en insérer une dans le champ de saisie, cliquez simplement sur celle qui vous intéresse.

Astuce : Les émoticônes ne sont visibles que sur le Web. Si vous utilisez la version logicielle de Talk, les émoticônes seront converties en smileys (une suite de caractères évoquant une émotion lorsqu’on la regarde en inclinant la tête de 90° vers la gauche). À l’inverse, lorsque vous saisissez un smiley dans le client Windows, il est automatiquement transformé en émoticône dans la version Web.

Bien qu’il existe un lien « Appeler » dans la fenêtre de discussion, il est impossible de correspondre de vive voix avec une personne via le Web. Vous obtenez en effet le message suivant : « vous devez installer le client Google Talk (Windows uniquement) pour passer des appels ». Ce qui, il faut bien l’avouer, réduit considérablement l’intérêt d’un tel lien !

En revanche, la version Web propose une fonction inexistante sur le client Windows, à savoir les discussions réunissant simultanément plusieurs personnes. Cliquez sur le lien « Chat en groupe » dans la fenêtre de conversation de l’un de vos contacts. Dans la liste déroulante qui apparaît, cliquez simplement sur le correspondant que vous voulez inviter à rejoindre le chat. Si celui-ci utilise la version logicielle de Talk, il recevra un message instantané contenant un lien Web, sur lequel il devra cliquer pour lancer le gadget Google Talk.

Pour mettre fin à une discussion individuelle ou en groupe, cliquez sur la croix blanche visible dans l’en-tête de l’onglet. Pour vous déconnecter, cliquez sur la petite flèche bleue à droite de votre statut et choisissez « Déconnexion du chat » dans le menu déroulant.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Participer à des groupes de discussion »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:38 par marlalapocket




Sujet 15036 - Google Groupes - Participer à des groupes de discussion

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Voici comment participer activement à des forums en lisant et en envoyant des messages.

Dès que vous avez trouvé un groupe qui vous intéresse, cliquez simplement sur son nom dans la fenêtre des résultats pour afficher la page d’accueil. Les informations disponibles sur celle-ci peuvent être différentes selon le type de groupe, mais globalement vous apercevez :



Par ailleurs, les actions que vous pouvez réaliser dans un forum de discussion varient selon le type de groupe et selon votre statut Google :



Posséder un compte Google s’avère donc la condition sine qua non pour profiter pleinement des newsgroups.

Astuce : Si vous êtes inscrits à d’autres services Google (la messagerie Gmail par exemple), vous disposez déjà d’un compte Google. Par conséquent inutile de vous réinscrire pour participer aux groupes de discussion.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - S'abonner à un groupe de discussion »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:23 par marlalapocket




Sujet 15037 - Google Groupes - S'abonner à un groupe de discussion

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour vous abonner à un forum, il suffit de cliquer sur le lien « Abonnement à ce groupe » ou « Rejoindre ce groupe ». Dans la page qui apparaît, saisissez votre adresse mail ainsi que votre mot de passe, puis validez avec le bouton « Connexion ».

Étant donné que c’est la première fois que vous utilisez le service Groupes, vous devez choisir un pseudonyme puis cliquer sur le bouton « Continuer ». Une nouvelle page, dont l’onglet « Abonnement à ce groupe » est sélectionné, apparaît aussitôt :



Avant de valider votre abonnement avec le bouton « Abonnement à ce groupe » (forum Usenet) ou « Rejoindre ce groupe » (forum Google), vous devez choisir le mode de consultation des messages :

Pour gérer l’ensemble des groupes de discussion auxquels vous êtes abonné, cliquez sur le lien « Mes groupes » situé sur le bord supérieur de la page. Une nouvelle page s’affiche aussitôt. Vous apercevez une colonne intitulée « Mes groupes » dans laquelle sont listés tous vos abonnements. Deux liens intéressants sont également visibles :

Astuce : Les cases de la rubrique Invitation – Préférences doivent être cochées si vous ne souhaitez pas que les gestionnaires de groupes Google vous envoient des invitations ou vous inscrivent automatiquement à leurs forums.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Lire des messages »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:30 par marlalapocket




Sujet 15039 - Google Groupes - Lire des messages

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

En règle générale, une interface Web ne permet pas une lecture optimale des articles postés dans les groupes de discussion (un logiciel dédié offre plus d’options et une meilleure ergonomie). Toutefois, Google est parvenu à développer une interface plutôt réussie. Dans ce qui suit nous nous intéresserons uniquement aux forums Google, car ils ont plus de fonctionnalités que les groupes Usenet.

Pour lire les messages, vous devez cliquer sur le lien « Discussions » visible sur le bord droit de la page d’accueil. Par défaut, l’affichage est en mode « résumé</ital> ». Cela signifie que vous voyez les premières lignes de chaque discussion, ce qui permet de se faire rapidement une petite idée des thèmes abordés. Inconvénient de ce système, lorsqu’il y a de très nombreux messages dans un forum, vous ne parvenez pas à avoir une vue d’ensemble satisfaisante. Pour remédier à cela, cliquez sur le lien « Liste des sujets ».



Le contenu de la fenêtre est aussitôt réorganisé et plusieurs informations sont visibles :
Sujet – il s’agit du titre de la discussion. À noter que tout abonné répondant à un message a la faculté d’en modifier le titre original.
Note – les abonnés ont la possibilité d’attribuer à chaque article une à cinq étoiles (décevant à excellent). Cela permet de mettre en avant certains messages et ainsi d’attirer d’autres lecteurs.
Messages – ici est indiqué le nombre de nouveaux messages et le nombre total d’articles pour chaque discussion.
Auteur – ici est précisé le nom de la personne ayant envoyé le message le plus récent au cours de la discussion. Il est également indiqué le nombre d’abonnés participant à cette dernière.
Date/heure – date de la publication du message le plus récent pour la discussion en cours. L’heure est visible lorsque l’article est publié le jour où vous consultez le groupe.

Astuce : Si une discussion vous semble particulièrement intéressante, vous pouvez l’enregistrer dans vos favoris afin de la retrouver rapidement. Pour cela, cliquez sur l’étoile blanche précédant le titre de la discussion. L’étoile devient jaune.
Pour accéder par la suite à toutes vos discussions préférées, cliquez sur le lien « Favoris » visible sur le bord supérieur de la page.
Pour retirer une discussion de vos favoris, il suffit de cliquer sur l’étoile jaune qui redevient aussitôt blanche.

Pour lire les messages d’une discussion, cliquez sur son titre. L’article initial et les réponses éventuellement publiées sont immédiatement affichés les uns à la suite des autres. Lorsqu’une discussion comprend de nombreux messages, il est possible d’obtenir une vue d’ensemble des intervenants en cliquant sur le lien « Tout réduire ». Chaque message est résumé en une ligne :



À noter que le nom de chaque participant est coloré, ce qui permet de suivre le fil de la discussion relativement facilement. Pour lire toutes les interventions, il suffit de cliquer sur le lien « Tout développer ». Pour ne consulter qu’un seul message, il faut simplement cliquer dessus (les autres articles demeurant réduits). Un second clic de souris le réduira à nouveau. Pour afficher les autres discussions en cours dans le groupe, cliquez sur le lien « Retour aux discussions ».

À savoir : La liste des abonnés à un forum peut être consultée si le ou les gestionnaires du groupe le permettent. Lorsque c’est le cas, vous apercevez un lien « Membres » sur le bord droit de la page.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Rédiger des messages »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:30 par marlalapocket




Sujet 15040 - Google Groupes - Rédiger des messages

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

À la lecture de certains messages, vous aurez certainement envie de répondre à leurs auteurs 
ou plus simplement, vous voudrez initier une nouvelle discussion sur un sujet qui vous tient à cœur… Voici la procédure à suivre :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Collaborer à la réalisation de pages Web »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:30 par marlalapocket




Sujet 15042 - Google Groupes - Collaborer à la réalisation de pages Web

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Participer à des discussions n’est pas le seul moyen pour communiquer avec les autres abonnés du groupe. Si le ou les gestionnaires de ce dernier l’autorisent, il est possible de créer des pages Web en mode collaboratif. Sans connaître une seule ligne de code, tous les membres peuvent contribuer à la réalisation de pages Web comprenant des images, des liens hypertextes (pointant vers des pages du groupe ou des sites Web externes). Et pour les abonnés qui maîtrisent le langage HTML, l’insertion de lignes de code est autorisée.

Pour consulter les pages Web éventuellement présentes dans les forums de discussion auxquels vous avez souscrit, cliquez sur le lien « Pages » situé sur le bord droit de la fenêtre. Une liste des pages disponibles est aussitôt affichée. Pour obtenir plus d’informations (auteur, taille, date de création et de modification), cliquez sur le lien « Afficher les détails de page ».



Il suffit ensuite de cliquer sur le titre qui vous intéresse pour ouvrir la page correspondante. Si le travail collaboratif entre membres a été autorisé par le gestionnaire du groupe, vous pouvez (outre la lecture des pages) :

À savoir : Seul le ou les gestionnaires d’un groupe ont le droit de supprimer des pages. Si une page vous semble aller à l’encontre des règles de bonne conduite du forum de discussion (spam…) ou de certaines lois (incitation à la haine raciale, etc.), vous pouvez tout d’abord alerter le responsable du groupe afin qu’il règle le problème lui-même. Si cela ne suffit pas, prévenez la société Google en cliquant sur le lien « Signaler cette page ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Échanger des fichiers »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:23 par marlalapocket




Sujet 15043 - Google Groupes - Échanger des fichiers

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Les groupes de discussion disposent d’une fonction intéressante : l’échange de fichiers entre membres (Google alloue à chaque forum un espace de stockage de 100 mégaoctets). Lorsque le ou les gestionnaires autorisent cette option, vous apercevez le lien « Fichiers » sur le bord droit de la fenêtre. Par défaut, les images présentes dans les pages collaboratives sont répertoriées dans l’onglet « Fichiers ». Cela permet ainsi de récupérer rapidement des illustrations qui pourraient potentiellement vous intéresser.

100%px


À savoir : La suppression d’une page contenant des images n’entraîne pas la destruction de ces dernières. Elles demeurent accessibles dans l’onglet « Fichiers » jusqu’à ce que leur propriétaire ou le gestionnaire du groupe décident de les effacer.

Pour ajouter un fichier, il suffit de cliquer sur le bouton « + Transférer un fichier » dans l’onglet « Fichiers ». Le bouton « Parcourir », qui apparaît aussitôt, sert à localiser – sur le disque dur de votre ordinateur – le fichier qui sera partagé avec les autres membres du forum. L’interface n’autorise le transfert que d’un fichier à la fois (d’une taille maximale de 10 Mo). Par conséquent, si vous souhaitez uploader plusieurs documents, vous devrez répéter cette opération.



Le transfert des fichiers exécutables ayant l’extension .exe n’est pas autorisé. Vous pouvez, entre autres, télécharger des fichiers audio et vidéo (mp3, m4a, avi, mpeg, wmv, mov), des images, des documents Word et PDF, ainsi que des archives Zip. Une fois tous les téléchargements effectués, cliquez simplement sur le lien « J’ai fini de transférer des fichiers ».



attention : Il est impossible d’accéder à du contenu binaire (images, fichiers audio, etc.) provenant de Usenet par l’intermédiaire de Google Groupes.

Pour récupérer des fichiers proposés par d’autres membres, faites un clic droit sur le titre du fichier qui vous intéresse. Dans le menu contextuel qui s’est ouvert, sélectionnez l’option « Enregistrer la cible du lien sous ». Pour finir, choisissez un dossier de destination puis cliquez sur le bouton « Enregistrer ».



Pour gérer les fichiers, servez-vous du lien « Renommer et supprimer des fichiers » situé à droite du bouton « + Transférer un fichier » dans l’onglet « Fichiers ». Tous les membres peuvent changer l’intitulé d’un fichier, en saisissant un nouveau nom dans le champ correspondant. En revanche, seuls les gestionnaires du groupe ainsi que les propriétaires des fichiers peuvent effectuer des suppressions en cliquant sur le lien « Supprimer ». Un clic sur le bouton « Enregistrer les modifications » valide les changements.
100%px


Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Groupes - Créer un groupe de discussion »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:31 par marlalapocket




Sujet 15044 - Google Groupes - Créer un groupe de discussion

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Malgré de nombreuses recherches via Google, vous n’avez pas réussi à trouver un groupe de discussion traitant d’un sujet qui vous tient à cœur ? Il est peut-être temps de créer un forum…

La procédure est extrêmement simple : sur la page d’accueil de Google Groupes, cliquez sur le bouton « Créer un groupe… ». Si vous n’êtes pas encore identifié auprès de Google, saisissez votre adresse mail et votre mot de passe dans les champs adéquats. Validez en cliquant sur le bouton « Connexion ».



Dans la page qui est apparue, vous devez tout d’abord attribuer un nom à votre groupe. Trouvez un intitulé suffisamment explicite afin que les internautes puissent, au premier coup d’œil, se faire une petite idée des thématiques abordées. L’adresse mail, vers laquelle les messages des abonnés seront envoyés, reprend par défaut le nom du groupe suivi de « @googlegroups.com ». Toutefois, ce n’est pas une obligation, il est possible de choisir un autre libellé.

Dans le champ « Décrivez votre groupe », tapez un bref descriptif (300 signes au maximum) explicitant la raison d’être de ce forum. Si celui-ci est destiné à un public adulte en raison de son contenu, n’oubliez surtout pas de cocher la case « Ce groupe peut présenter du contenu pour adultes… ». En cas d’omission, votre responsabilité pénale pourrait être engagée si des mineurs accédaient au groupe.

Enfin, vous devez définir un niveau d’accès :

Pour valider la création du forum, cliquez sur le bouton « Créer mon groupe ». Par mesure de sécurité, vous devez confirmer votre choix en reproduisant au clavier une séquence de lettres ou de chiffres. Cette procédure de contrôle évite la création automatique de groupes par des robots sillonnant le Web…

À savoir : Vous recevez un courriel confirmant la création du forum de discussion.

Dans la fenêtre qui apparaît maintenant, il est possible de saisir les adresses mail de personnes auxquelles vous souhaitez signaler l’existence du groupe. Elles seront invitées à s’abonner à ce dernier. Si vous préférez les inscrire vous-même, cliquez sur le lien « Ajouter directement des membres ». Pour ignorer cette étape, cliquez sur le bouton éponyme. La page d’accueil du groupe s’affiche.



Vous retrouvez les habituels onglets « Accueil », « Discussions », « Membres », « Pages » et « Fichiers ». Il est possible de créer un message d’accueil (contenant des images et des liens hypertextes) en cliquant sur le lien « modifier le message d’accueil ».

Pour personnaliser le forum, cliquez sur le lien « Paramètres du groupe » situé sur le bord droit de la fenêtre. La fenêtre qui s’ouvre se compose de plusieurs onglets :
Lecture et rédaction de messages ;
Consultation de la liste des membres ;
Invitation de nouveaux abonnés ;
Création collaborative de pages ;
Transfert de fichiers ;
Modération des messages.

Pour gérer vos abonnés ainsi que les messages échangés, cliquez sur le lien « <ital>Gestion du groupe » situé sur le bord droit de la fenêtre. La fenêtre qui s’ouvre se compose de trois onglets :

À savoir : Si vous n’avez plus le temps de vous occuper de votre groupe, ne songez pas tout de suite à le supprimer. Proposez plutôt à un membre de devenir le nouveau propriétaire du forum. Cette solution a un double avantage : l’activité du groupe se poursuit et surtout les archives sont conservées.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

S'inscrire au service Orkut »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:31 par marlalapocket




Sujet 15045 - S'inscrire au service Orkut

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour accéder au site, cliquez sur le lien « plus » dans la page d’accueil de Google, puis sur « et encore plus » dans le menu déroulant qui s’est ouvert. Dans la fenêtre « Autres produits Google » qui apparaît, cliquez sur le lien « Orkut » de la rubrique « Communiquer, publier et partager ». Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt :



Entrez votre email ainsi que votre mot de passe dans les champs adéquats, puis cliquez sur le bouton « Connexion ». Dans la fenêtre qui s’affiche, cliquez sur le bouton « Continuer » sous « Mise en place du service orkut ». Vous devez à présent préciser votre date de naissance (il faut en effet avoir au moins 18 ans pour utiliser le service) et vous engager à respecter le code de bonne conduite. Pour prendre connaissance de ce dernier, vous devez cliquer sur un lien qui pointe malheureusement vers une page rédigée en anglais. Si vous ne maîtrisez pas convenablement cette langue, cliquez en haut de la page sur la liste déroulante « Change Language » et choisissez « Français ». Validez ensuite avec le bouton « accepter les conditions ».

Vous devez maintenant remplir votre profil. Les champs précédés d’un astérisque sont obligatoires. Ceux qui sont suivis d’une clé jaune peuvent être masqués partiellement ou totalement lors de la consultation de votre profil par un membre. Si vous choisissez par exemple « amis » dans la liste déroulante à droite de la clé, seules les personnes référencées comme faisant partie de vos amis pourront lire l’information protégée. Enfin, dans la rubrique « Type de relation souhaité », cochez les cases correspondant à l’usage que vous comptez faire d’orkut. Validez la saisie du profil en cliquant sur le bouton « terminer ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Découvrir Orkut »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:37 par marlalapocket




Sujet 15046 - Découvrir Orkut

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

La page d’accueil de votre compte orkut apparaît à l’issue de la phase d’inscription :



Pour commencer, jetez donc un œil à vos informations personnelles en cliquant sur le lien « profil » visible sur le bord gauche de la fenêtre. Vous constatez que les renseignements enregistrables dans le profil sont bien plus nombreux qu’au moment de l’inscription au service. Vous pouvez par exemple préciser votre religion, votre style vestimentaire, la couleur des yeux, des cheveux, vos coordonnées, etc. À vous de voir quelles données vous désirez rendre publiques… À noter que l’onglet « Personnel » sert avant tout à compléter un profil en vue de rechercher l’âme sœur. Pour apporter des modifications aux informations saisies, cliquez sur le lien « <ital>modifier le profil ».

Lorsque l’on s’inscrit dans un réseau social, c’est bien évidemment pour rencontrer des personnes. La première chose à faire consiste à vérifier la présence de vos contacts Gmail sur orkut. Pour cela, dans le bandeau « Rechercher mes amis » situé sur le bord gauche de la fenêtre, choisissez « Gmail » dans la liste déroulante (d’autres webmails sont également proposés) et vérifiez que votre adresse Gmail est bien présente dans le champ « E-mail : ». Cliquez ensuite sur le bouton « trouver » pour obtenir la liste de vos contacts également inscrits sur orkut.

Une case à cocher est visible devant chaque profil trouvé. Sélectionnez ceux qui vous intéressent puis cliquez sur le bouton « ajouter les amis sélectionnés ». Vos correspondants reçoivent dans les secondes qui suivent votre demande de contact. Celle-ci demeure en attente tant qu’ils n’ont pas confirmé (ou infirmé) que vous êtes amis. Pour suivre l’avancée de vos demandes, cliquez sur le lien « Amis » visible sur le bord supérieur de la fenêtre. Dans la nouvelle page qui apparaît, cliquez finalement sur l’onglet « demandes ouvertes ».

L’onglet « tous » répertorie les membres orkut faisant partie de votre cercle amical. Quant à l’onglet « invitations ouvertes », il liste les invitations que vous avez envoyées par courriel à vos proches, afin qu’ils s’inscrivent sur orkut. Pour inviter quelqu’un, tapez son adresse mail dans le champ de saisie du bandeau « inviter des amis », situé sur le bord droit de la fenêtre. Validez avec le bouton « ajouter ».

À savoir : Il existe des quotas journaliers pour l’ajout d’amis et l’envoi d’invitations. Par conséquent, si vous ne parvenez pas à ajouter des contacts, réessayez le lendemain.

Il est bien évidemment possible de se faire de nouveaux amis sur orkut, en plus de vos traditionnels contacts Gmail. Dans le coin supérieur droit de la fenêtre, vous apercevez un champ de saisie « rechercher sur orkut ». Essayez par exemple de retrouver d’anciennes connaissances en tapant leurs nom et prénom, puis en validant avec la touche [Entrée]. La fenêtre de résultats, qui s’ouvre, se compose de quatre onglets :

Pour consulter la fiche d’une personne, cliquez simplement sur son nom dans la liste des résultats. Si vous la connaissez mais qu’elle ne fait pas encore partie de vos amis, vous pouvez l’inscrire dans votre liste d’amis en cliquant sur le lien « ajouter aux amis » visible dans le bandeau de gauche.

Vous ne connaissez pas ce membre orkut, mais vous aimeriez entrer en contact ? Cliquez simplement sur le lien « plus » puis sur « prise de contact ». Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt :



Vous avez la possibilité de rédiger un message ou, si vous manquez d’inspiration, de choisir un texte impersonnel dans des catégories prédéfinies (sincère, romantique, humoristique, etc.).

Orkut étant un site où il est possible de faire des rencontres intéressantes voire amoureuses, vous disposez de plusieurs solutions pour mémoriser un profil qui vous intéresse. Pendant la consultation de la fiche de la personne, cliquez sur le lien « plus » dans le bandeau latéral et sélectionnez l’une de ces options :

À l’inverse, si un membre vous déplaît et vous importune, cliquez sur le lien « plus » puis sur « ignorer ». La personne sera placée dans votre stop-liste et ne pourra plus vous envoyer de messages. Pour accéder au contenu de ces différentes listes, cliquez dans la page d’accueil sur le lien « listes » dans le bandeau latéral gauche. Pour retirer quelqu’un d’une liste, cliquez sur le bouton « Supprimer » qui lui est associé.

Sur la page d’accueil, sous le message de bienvenue, vous apercevez 4 petites icônes suivies à chaque fois d’un nombre :

Sous ces icônes, vous apercevez les noms des dernières personnes à avoir consulté votre profil. Soyez patient car cette liste n’est actualisée qu’une seule fois par jour. La rubrique « Mises à jour récentes » répertorie les changements récents qui sont intervenus dans votre profil et dans celui de vos amis.

À droite, la rubrique « mes communautés » permet de s’abonner à des forums de discussion. Il existe deux solutions pour trouver des communautés :

Lorsque des forums correspondant aux termes de la requête sont trouvés, il suffit de cliquer sur leur nom pour accéder à la page d’accueil. Certaines communautés sont publiques et ouvertes à tout le monde, d’autres sont modérées et nécessitent l’autorisation de leur créateur pour s’inscrire.

Avant de nous intéresser au paramétrage d’orkut, jetons brièvement un œil sur d’autres fonctionnalités disponibles dans le bandeau latéral. Cliquez sur le lien « vidéos » pour partager vos séquences vidéo préférées. Attention, les vidéos ne sont pas transférées sur orkut ; vous pouvez simplement ajouter une URL pointant vers un fichier stocké sur Google Video ou YouTube.

Lorsque vous connaissez une personne depuis un certain temps, vous pouvez déposer un témoignage (1 024 caractères au maximum) sur son profil, afin de dire tout le bien que vous pensez d’elle. Vous ne pouvez rédiger des témoignages que sur vos amis. Un témoignage doit être accepté par la personne concernée pour qu’il apparaisse sur son profil. Cliquez sur le lien « témoignages » pour visualiser les témoignages reçus et ceux dont vous êtes l’auteur.

Il est possible d’agrémenter votre profil à l’aide de flux d’actualisation provenant de différentes sources (Picasa Albums Web, Blogger, fils RSS). Pour ajouter un flux, cliquez sur le lien « mes contenus ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Configurer Orkut »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:36 par marlalapocket




Sujet 15048 - Configurer Orkut

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Le dernier lien du bandeau latéral gauche, « paramètres », donne accès aux options de configuration d’orkut :



Les paramètres sont répartis dans quatre onglets :

Pour plus d’information : Pour tout savoir sur orkut, consultez la page http://help.orkut.com/.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Faire des rencontres sur le réseau social orkut »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:36 par marlalapocket




Sujet 15049 - Faire des rencontres sur le réseau social orkut

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

En quelques années, les réseaux sociaux se sont considérablement développés sur Internet. Qu’ils soient professionnels ou personnels, ces réseaux regroupent des millions de membres disséminés dans le monde entier. Ils servent à relier entre eux des individus ayant les mêmes affinités (loisirs, opinions politiques, etc.) ou des objectifs professionnels similaires.

Les réseaux sociaux présents sur le Net offrent plusieurs avantages :

Google a lancé en 2004 un site de réseautage social, appelé orkut, qui revendique 50 millions d’utilisateurs (dont 53 % de Brésiliens). Ceux-ci communiquent entre eux par l’intermédiaire de notes et de messages instantanés. Ils peuvent également partager vidéos et photos.

S'inscrire au service Orkut
Découvrir Orkut
Configurer Orkut

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

S'inscrire sur Blogger »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:35 par marlalapocket




Sujet 15050 - S'inscrire sur Blogger

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Cliquez sur le lien « plus » dans la page d’accueil de Google, puis sur « et encore plus » dans le menu déroulant qui s’est ouvert. Dans la fenêtre « Autres produits Google » qui apparaît, cliquez sur le lien « Blogger » de la rubrique « Communiquer, publier et partager ». Une méthode plus rapide consiste à taper www.blogger.com dans la barre d’adresse du navigateur Web. Une nouvelle fenêtre s’ouvre aussitôt :



La mise en place du blog se révèle extrêmement rapide, puisqu’elle ne nécessite que trois étapes. Cliquez sur la flèche orange « Créez votre blog ». Dans la fenêtre qui s’ouvre, il vous est tout d’abord proposé de créer un compte Google. Si vous en possédez déjà un, cliquez simplement sur le lien « connectez-vous d’abord ».

Ce n’est qu’à partir de maintenant que commence la véritable création du blog. La première étape consiste à saisir un nom de plume (qui servira à signer les messages) et à accepter les conditions d’utilisation. Cliquez sur « continuer » pour passer à la deuxième phase. Vous devez à présent choisir un titre pour le blog. Prenez votre temps car vous ne pourrez pas revenir en arrière. Définissez ensuite l’adresse du blog ; assurez-vous qu’elle est libre en cliquant sur le lien « Vérifier la disponibilité ». Si l’URL est déjà prise, des noms alternatifs sont proposés. Cliquez sur « continuer ».

À savoir : Vous n’êtes pas obligé d’héberger votre blog sur le serveur Blogspot. Si vous préférez recourir à un autre prestataire, cliquez sur le lien « Configuration avancée du blog » et remplissez le formulaire en vous aidant des informations techniques qui vous ont été remises par votre fournisseur de services.

Enfin, vous devez choisir un modèle parmi 12 pour personnaliser l’apparence de votre blog. Si vous avez du mal à vous décider, sélectionnez-en un par défaut. Vous pourrez en changer ultérieurement. Pour vous faire une idée précise d’un modèle, cliquez sur le lien « prévisualiser le modèle » pour l’afficher en taille réelle. Cliquez sur le modèle souhaité puis sur le lien « continuer ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Blogger - Rédiger son premier billet »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:33 par marlalapocket




Sujet 15051 - Blogger - Rédiger son premier billet

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

suite à l'inscription sur Blogger, un message vous signale que la création du blog est désormais terminée. Cliquez sur la flèche « Premiers pas avec les blogs » pour rédiger votre premier billet. L’interface de Blogger apparaît :



Vous pouvez créer et modifier les messages dans l’onglet « Publication d’un message ». La saisie d’un billet s’effectue comme dans un traitement de texte, avec des options d’enrichissement des caractères et de mise en forme (gras, italique, listes numérotées ou à puces, etc.). Il est également possible d’insérer des liens hypertextes (pour renvoyer les lecteurs vers d’autres pages Web, vers des fichiers, etc.), des images et des vidéos d’une taille maximale respective de 8 Mo et 100 Mo.

Cliquez sur le lien « Aperçu » pour prévisualiser le message. Par défaut, les internautes ont le droit de laisser des commentaires sur le blog. Si vous voulez interdire les commentaires pour un billet donné, cliquez sur le lien « Options ». Les pros de la programmation peuvent, quant à eux, bidouiller directement le code du message en cliquant sur le lien « Modifier le code HTML ».

Le brouillon est automatiquement sauvegardé à intervalles réguliers, mais n’oubliez pas de cliquer sur le bouton « Sauvegarder maintenant » lorsque vous avez terminé la saisie du billet. Pour mettre ce dernier en ligne, cliquez sur le bouton « Publier le message ». Tous les billets, publiés ou non, sont répertoriés sous « Modifier les messages ». Il est possible de retirer temporairement un message du blog de la manière suivante : cliquez sur le lien « Publications » afin d’afficher la liste des billets en ligne. Cliquez ensuite sur le lien « Modifier » situé devant le titre du message souhaité. Cliquez finalement sur le bouton « Enregistrer en mode brouillon ». Pour effacer définitivement un billet, cliquez sur « Supprimer » au lieu de « Modifier ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Blogger - Modifier l’aspect graphique de son blog »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:34 par marlalapocket




Sujet 15052 - Blogger - Modifier l’aspect graphique de son blog

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour gérer l’aspect visuel et les différents éléments graphiques du blog, cliquez sur l’onglet « Mise en page ». Par défaut, le blog se compose de cinq blocs :

Vous pouvez insérer d’autres éléments (diaporama, sondage, liste de liens, etc.) sur la page d’accueil du blog en cliquant sur le lien « Ajouter un élément à la page ». Par ailleurs, il est possible de modifier l’agencement du blog en déplaçant tous les éléments à l’aide de la souris (technique du glisser-déposer).

Les options de mise en page permettent également de choisir un autre modèle. À noter qu’il y a beaucoup plus de choix qu’au moment de la création du blog. Si vous prenez la décision de changer de modèle, sachez que toutes les modifications opérées sur les polices et les couleurs seront annulées. Par conséquent, nous vous conseillons de choisir en priorité un modèle avant de modifier la mise en page du blog.

Le troisième onglet, « Paramètres », est consacré à la configuration du blog. Il se compose de neuf rubriques :

Le lien « Tableau de bord », situé sur le bord supérieur de la fenêtre, affiche la page d’accueil de votre compte Blogger :



Dans la partie supérieure, vous accédez aux liens qui servent à gérer le blog (Messages, Paramètres et Mise en page). En-dessous, vous pouvez consulter les nouveautés parues sur le site Blogger Buzz. Ces articles vous feront découvrir de nouvelles fonctions ou des astuces pour améliorer la gestion de votre blog.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Maps - Apprendre à manipuler la carte »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:33 par marlalapocket




Sujet 15076 - Google Maps - Apprendre à manipuler la carte

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

« PrécédentSuivant »
Sommaire

Google Maps

Avant de nous intéresser aux fonctions de recherche d'adresses et de calcul d'itinéraires, commençons par apprivoiser la carte visible à l'écran.



Vous apercevez une partie de l'Europe de l'Ouest (centrée sur la France) en mode plan, avec indication des localités les plus importantes, visualisation des grands axes routiers et des cours d'eau majeurs. Un clic sur le bouton « Satellite » affiche une vue satellitaire de l'Europe. Il est possible de masquer les noms des villes en décochant la case « Afficher les noms ». Enfin, un clic sur le bouton « Relief » affiche une carte en relief.

Pour voir une zone de la carte actuellement masquée, maintenez le bouton gauche de la souris enfoncé. Le pointeur change aussitôt d'aspect, la main ouverte se transformant en main fermée. Il suffit ensuite de déplacer la souris dans la direction souhaitée pour que la carte défile sous vos yeux. Vous obtenez un résultat identique en vous servant des touches fléchées du clavier.

Pour zoomer/dézoomer sur la carte, trois solutions s'offrent à vous :

Plus vous zoomez, plus les détails deviennent visibles. Ainsi, vous passez successivement des grands axes autoroutiers aux nationales, puis aux départementales pour terminer par les rues des villes et villages.



Cliquez à présent sur le bouton « Satellite ». Vous commencez à distinguer des parcelles de différentes couleurs ; augmentez progressivement le zoom pour voir clairement les toits des bâtiments, les rues et les véhicules.



Notez que la couverture aérienne de la France est très variable et que vous avez bien évidemment plus de chance d'obtenir des photos très détaillées des grandes agglomérations que des campagnes. Par ailleurs, ne comptez pas accéder à des données récentes. Nous avons par exemple examiné un quartier d'une localité des Hauts-de-Seine, qui a connu ses dernières années un bouleversement architectural. Eh bien, les photos aériennes disponibles via le mode « Satellite » dataient de l'année 2003 ! Relativisons toutefois ce point négatif car Google Maps est un service gratuit d'une rare simplicité et d'une efficacité éprouvée.

Au-dessus de la carte, vous apercevez trois liens :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 10 avril 2011 à 23:11 par Jeff
Ce document intitulé « Google Maps - Apprendre à manipuler la carte » issu de CommentCaMarche.net (CCM) (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.




Sujet 15077 - Google Maps - Localiser une adresse

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Il est temps maintenant d’exploiter la puissance de Google Maps pour rechercher des adresses. À droite du logo, vous apercevez un champ de saisie. Tapez par exemple « 101 rue jean jaurès levallois » et cliquez sur le bouton « Recherche Google Maps ». Un plan apparaît aussitôt :



À gauche de la carte est indiquée l’adresse recherchée. Vous constatez que Google Maps a transformé « Levallois » en « 92300 Levallois-Perret ». Par conséquent, nul besoin de connaître le code postal d’une ville pour trouver cette dernière. Lorsque plusieurs localités possèdent le même nom, Google Maps vous propose plusieurs solutions.

Exemple : Si vous tapez « neuilly » dans la zone de recherche, vous obtenez les résultats suivants :

Vous pouvez toutefois réduire le nombre de réponses en limitant la recherche à la zone géographique visible. En mode « plan », zoomez par exemple sur l’Ile-de-France, puis relancez la recherche sur « Neuilly ». Vous constatez que le nombre de réponses a diminué.

Sous l’adresse, vous apercevez le lien « Afficher cette adresse par défaut ». Cliquez dessus si vous voulez que Google Maps se positionne directement sur cette adresse lors de votre prochaine visite. Si vous souhaitez par la suite changer de localisation par défaut, cliquez sur le lien « Modifier l’adresse par défaut ».

Sur le plan proprement dit est affichée une bulle contenant quatre liens. Lorsque vous cliquez sur « Enregistrer dans Mes cartes », le plan est sauvegardé et vous pouvez le consulter à tout moment dans l’onglet « Mes cartes » (cette fonction nécessite de posséder un compte Google). Un clic sur « Rechercher à proximité » affiche un champ de recherche dans la bulle, dans lequel vous pouvez saisir n’importe quel terme comme le nom d’un restaurant ou une catégorie de commerces (pizzéria, fleuriste, bijouterie, etc.).

Astuce : Ce type de recherche est également disponible via le lien « Commerces » situé à droite du logo Google Maps.

Quand Maps trouve des lieux ou des établissements commerciaux correspondant à vos mots-clés, de petites bulles couleur saumon et contenant une lettre sont visibles sur le plan. À gauche de celui-ci sont listées les coordonnées de tous les commerces trouvés. Ces derniers sont également identifiés par une lettre. Ainsi, vous les repérez aisément sur la carte. Attention, l’usage de certains termes renvoie parfois des résultats étonnants :

Exemple : Si vous tapez « gare levallois-perret » comme mots-clés de recherche, Google Maps n’indiquera pas l’emplacement de la gare SNCF, mais pointera sur la rue de la Gare.
En revanche, si vous saisissez « sncf levallois-perret », le premier résultat affiché sera bien l’adresse de la gare SNCF de Levallois.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Maps - Calculer un Itinéraire »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:09 par marlalapocket




Sujet 15078 - Google Maps - Calculer un Itinéraire

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Trouver des adresses, c’est déjà très pratique. Cependant, Maps peut faire bien mieux en vous permettant de calculer un itinéraire entre un point de départ et un point d’arrivée. Il existe trois méthodes pour déterminer un parcours :

Quelle que soit la méthode employée, Maps calcule l’itinéraire et l’affiche sur la carte. Simultanément, le parcours est détaillé sur la partie gauche de la fenêtre.



À tout moment, vous pouvez rajouter une destination. Pour cela, effectuez un clic droit sur la carte et choisissez « Ajouter une destination » dans le menu contextuel. Un repère « C » de couleur verte apparaît. Tout en maintenant le bouton gauche enfoncé, vous pouvez le déplacer avec la souris afin de le positionner à l’endroit adéquat. Lorsque vous placez le pointeur sur le tracé bleu, il change d’aspect et un rond apparaît sur la ligne. Déplacez simplement ce rond avec la souris pour modifier le trajet à main levée. Dès que vous relâchez le bouton de la souris, le parcours est aussitôt recalculé et de nouvelles instructions apparaissent à gauche.

Pour supprimer une destination, faites un clic droit sur son repère vert et sélectionnez « Supprimer cette destination ». Si vous ne voulez pas emprunter les autoroutes, cochez la case « Éviter les autoroutes ». Pour obtenir les instructions de retour, cliquez sur le lien « Itinéraire de retour ». À noter que, parfois, le trajet de retour n’est pas exactement le même que pour l’aller (faites un essai pour un aller-retour Courbevoie – Vincennes) !

Pour terminer, il ne vous reste plus qu’à coucher sur papier le parcours en cliquant sur le lien « Imprimer ». Dans la nouvelle page qui s’est ouverte, vous apercevez les instructions à gauche, des mini cartes à droite. Vous pouvez supprimer ces dernières en cliquant sur le lien « Masquer les cartes ». Sur le bord supérieur de la fenêtre, il est possible de saisir des notes (un numéro de téléphone, un digicode, etc.) dans une zone de texte. Enfin, cochez la case « Afficher la carte initiale » si vous souhaitez également imprimer une grande carte sur laquelle est tracé le parcours.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Maps - Gérer des adresses »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:21 par marlalapocket




Sujet 15079 - Google Maps - Gérer des adresses

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Lorsque vous vous connectez à Google Maps à l’aide de votre compte Google, vous avez accès à une fonction intéressante. Par défaut, toute adresse saisie dans le champ de recherche ou bien sélectionnée sur la carte est automatiquement sauvegardée. Pour visualiser ces informations, cliquez sur le lien « Adresses enregistrées » situé sur le bord supérieur de la fenêtre.



Les adresses sont répertoriées les unes en-dessous des autres. En cliquant sur le lien « Modifier », vous pouvez assigner un libellé explicite à une adresse (par exemple « maison de campagne », « bureau », etc.), qui facilitera les recherches si la liste des adresses enregistrées est volumineuse. Pour effacer une localisation, cochez la ou les cases souhaitées et cliquez sur le bouton « Supprimer ». Il est également possible d’ajouter directement d’autres adresses sur cette page. Enfin, vous pouvez désactiver cette fonction à tout moment en décochant la case « Autoriser l’enregistrement automatique des adresses ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Maps - Planifier des déplacements »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:21 par marlalapocket




Sujet 15080 - Google Maps - Planifier des déplacements

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

La société Apple ne s’est pas vraiment trompée en intégrant Google Maps dans son fabuleux iPhone. Le service proposé par Google est en effet très performant et, même si vous ne possédez pas le mobile tactile d’Apple, vous pouvez tout de même l’utiliser. Pour cela, cliquez simplement sur le lien « Maps » dans la page d’accueil de Google (vous parvenez au même résultat en tapant http://maps.google.fr/ dans la barre d’adresse du navigateur Web). Une nouvelle fenêtre apparaît :



Avant de nous intéresser aux fonctions de recherche d’adresses et de calcul d’itinéraires, commençons par apprivoiser la carte visible à l’écran.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Earth - Installation »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:09 par marlalapocket




Sujet 15081 - Google Earth - Installation

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Pour récupérer la dernière version de Google Earth, tapez http://earth.google.fr dans la barre d’adresse d’un navigateur Web. Vous pouvez aussi le trouver dans la zone téléchargement de CommentCaMarche.net



Dans la page qui s’affiche, cliquez sur le bouton « Télécharger Google Earth 4.3 » pour récupérer l’utilitaire d’installation. Double-cliquez ensuite sur le fichier « Google_Updater.exe » pour lancer la procédure d’installation de l’outil de mise à jour Google. Il s’agit en fait d’un programme d’aide au téléchargement, à l’installation et à la mise à jour des applications de la société Google et de ses partenaires (pour en savoir plus, consultez l’annexe consacrée à Google Pack en fin d’ouvrage).
L’outil de mise à jour télécharge ensuite automatiquement les fichiers Google Earth et copie le logiciel sur votre ordinateur. À l’issue de l’installation, cliquez sur le bouton « Exécuter Google Earth ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Earth - À la découverte de la planète »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:20 par marlalapocket




Sujet 15083 - Google Earth - À la découverte de la planète

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Au lancement du programme, une boîte de dialogue intitulée « Conseil de démarrage » apparaît et propose des informations sur Google Earth. Vous pouvez désactiver cette fonction en décochant la case « Afficher les conseils au démarrage ». Cliquez sur le bouton « Fermer » pour accéder à l’interface du logiciel.



Sur le bord droit de la fenêtre, vous apercevez les contrôles de navigation :

Une barre latérale, comprenant plusieurs modules, est visible sur le bord gauche de la fenêtre. Le premier module, appelé « Recherche », se compose de trois onglets :

Le module « Lieux » comprend par défaut deux dossiers. Le premier, intitulé « Mes lieux préférés », contient un sous-dossier « Visite touristique » regroupant une vingtaine de destinations célèbres comme la Tour Eiffel, la Cité interdite de Pékin ou bien le Grand Canyon du Colorado aux États-Unis. Cochez la case d’un ou plusieurs lieux qui vous intéresse, puis cliquez sur le bouton de lecture. Votre périple commence automatiquement et les lieux sont visités les uns après les autres. Si vous trouvez que le voyage s’effectue au pas de charge, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton de pause, afin que vous ayez le temps de visiter les alentours.

Le dossier « Lieux temporaires », initialement vide, peut par exemple servir à mémoriser des destinations en vue de la préparation d’un voyage. Lorsque vous vous trouvez à l’endroit souhaité, faites un clic droit sur ce dossier. Sélectionnez ensuite la commande « Ajouter > Repère » dans le menu contextuel qui s’est ouvert. Attribuez un nom au nouveau repère, choisissez éventuellement des couleurs à assigner au libellé et à l’icône du repère, puis validez avec le bouton « OK ». Désormais, il suffira de double-cliquer sur le nom de cette destination dans le module « Lieux » pour y être immédiatement transporté. Pour déplacer un repère d’un dossier à l’autre, effectuez un simple glisser-déposer.

Dans le troisième et dernier module, « Infos pratiques », vous choisissez les informations qui apparaîtront sur la carte. Commençons par nous intéresser aux infos visibles de loin :

Plus vous approchez du sol, plus vous apercevez de petites sphères de différentes couleurs. Il s’agit en fait de points de repère qui vous donnent accès à des informations fournies par les utilisateurs de Google Earth :

Vous pouvez masquer ces données sous « Infos géographiques du Web ». Par ailleurs, cochez la case « Routes » si vous voulez visualiser les axes routiers. Ils sont de couleur orange et jaune ; leurs numéros d’identification sont également précisés (A13, N7, D906, etc.). Lorsque la case « Bâtiments 3D » est cochée, vous pourrez dans certains endroits vous déplacer au milieu d’immeubles en trois dimensions. C’est par exemple le cas lorsque vous vous positionnez sur la Tour CN au cœur de la ville canadienne de Toronto (cette destination est répertoriée dans le dossier « Visite touristique » du module « Lieux »).



Lorsque vous envisagez de visiter une ville inconnue, commencez par repérer des endroits intéressants. Pour visualiser par exemple les sites touristiques ou bien les possibilités d’hébergement, cochez la case « Lieux d’intérêt ». Toutefois, si vous conservez ce paramètre tel quel, vous constatez par exemple que la carte de Paris est recouverte en quelques secondes par des centaines d’icônes. Il est par conséquent nécessaire de filtrer les points d’intérêt. Pour cela, cliquez sur le signe « + » précédant la case « Lieux d’intérêt », puis décochez les cases inutiles comme « Location vidéo/DVD », etc. Pour obtenir des infos sur un point d’intérêt (coordonnées et visuel éventuel), cliquez dessus.

Si vous êtes sensible aux maux et désordres en tous genres qui menacent la planète, cochez la case « Sensibilisation mondiale ». Au gré de votre périple sur Google Earth, vous pourrez vous informer sur les actions de l’Unicef (notamment en Afrique), sur les projets visant à protéger l’environnement et la faune sauvage, etc.

Quand vous cochez la case « Street View », vous pouvez visionner des images de certaines localités nord-américaines. Positionnez-vous au-dessus des États-Unis, puis zoomez progressivement. Vous verrez apparaître de plus en plus d’icônes. Les appareils photo encadrés d’un liseré orange désignent des vues à 360° ; les appareils photo avec un paysage en guise de fond sont associés à des photographies en très haute résolution. Pour accéder aux images, double-cliquez sur l’icône souhaitée.

Astuce : N’hésitez surtout pas à zoomer. Plus vous vous rapprochez du sol, plus le nombre d’icônes augmente.

Au cours de vos pérégrinations, vous risquez de tomber, un jour ou l’autre, sur un lieu particulièrement insolite ou intéressant. Vous pouvez en informer vos amis en cliquant sur l’icône en forme d’enveloppe, située dans la barre d’outils, ou bien en cliquant sur le menu « Fichier > Envoyer par e-mail ». Une capture d’écran sera automatiquement générée par Google Earth. Bien entendu, il est également possible d’imprimer des vues en différentes résolutions.

Pour clore cette section, nous souhaitons vous présenter deux fonctions qui ne sont pas essentielles, mais que vous utiliserez certainement de temps à autre. La première permet de calculer des distances à vol d’oiseau. Cliquez sur l’icône en forme de décimètre dans la barre d’outils ou cliquez sur le menu « Outils > Règle ». Une petite boîte de dialogue apparaît et le pointeur de la souris se transforme en viseur. Cliquez à l’endroit où doit débuter la mesure. Déplacez ensuite la souris, puis cliquez à l’endroit où la mesure prend fin. Le résultat s’affiche aussitôt dans la boîte de dialogue. Cliquez sur le bouton « Effacer » pour recommencer une mesure.

La seconde fonction est le pendant de Earth… Cliquez sur l’icône en forme de planète dans la barre d’outils ou cliquez sur le menu « Affichage > Passer en mode Sky ». Le globe terrestre disparaît pour laisser la place à un ciel étoilé.



En fait, vous apercevez la portion de ciel visible à partir de l’endroit où vous vous trouviez précédemment dans Earth. À partir de maintenant, vous pouvez voyager dans l’espace en direction des objets célestes les plus éloignés. Pour commencer, nous vous conseillons de lire la présentation consacrée à Sky. Pour cela, cliquez sur la planète Saturne. Dans la bulle qui s’affiche, cliquez sur le lien « Présentation de Sky » (ou sur le lien « Grande visite de Sky » si vous avez du temps devant vous).

Pour obtenir des informations sur une planète, une constellation, etc., cliquez sur l’élément souhaité. Deux types d’informations sont disponibles :

N’hésitez surtout pas à cliquer sur les liens hypertextes et les photographies visibles dans les bulles d’information. Vous serez renvoyé vers des sites Web fournissant d’autres renseignements. Pour revenir à Google Earth, sélectionnez le menu « Affichage > Passer en mode Earth ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Earth - Configuration »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:20 par marlalapocket




Sujet 15084 - Google Earth - Configuration

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Voici quelques conseils pour profiter au maximum des possibilités offertes par l’interface du logiciel. Pour masquer un module dans la barre latérale, cliquez simplement sur le triangle noir à gauche de son nom. À noter qu’avec cette méthode vous ne pouvez pas masquer les trois modules en même temps, il en faut toujours au moins un d’ouvert. Pour tous les cacher, cliquez sur le menu « Affichage / Barre latérale ».

Dans le menu « Affichage », vous pouvez également masquer/afficher la barre d’outils, les contrôles de navigation, l’atmosphère, la boussole, la grille (représentant les tropiques, l’équateur, le méridien d’origine et les parallèles), une mini planisphère ainsi que la barre d’état (indiquant les coordonnées terrestres en degrés, minutes et secondes). Pour passer du mode fenêtré au mode plein écran (et vice versa), appuyez sur la touche [F11]. Enfin, toujours dans le menu « Affichage », il est possible d’activer le mode Soleil. Une réglette horaire apparaît à l’écran ; positionnez le curseur sur l’heure exacte et effectuez une rotation complète de la Terre. Vous apercevrez alors les régions dans l’obscurité et celles en plein soleil.

Astuce : Vous trouverez la liste de tous les raccourcis clavier à l’adresse http://earth.google.fr/userguide/v4/ug_keyboard.html

Dans le menu « Outils », cliquez sur la commande « Options » pour accéder aux paramètres du logiciel :



Les options sont regroupées dans cinq onglets :

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Earth - Décoller à l'aide du simulateur de vol »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:19 par marlalapocket




Sujet 15085 - Google Earth - Décoller à l'aide du simulateur de vol

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Un simulateur de vol a fait son apparition à partir de la version 4.2 du logiciel. Ce qui peut apparaître comme un gadget est en fait un outil ludique permettant d’exploiter d’une manière optimale la fabuleuse base cartographique de Google Earth. Pour le lancer, cliquez sur le menu « Outils > Entrer dans le simulateur de vol » ou pressez la combinaison de touches [Ctrl]+[Alt]+[A]. Une fenêtre apparaît :



Dans la rubrique « Sélectionnez un avion », vous avez le choix entre un avion de chasse F16 pouvant atteindre la vitesse Mach 2 et un avion à hélice SR22 moins nerveux, atteignant une vitesse de pointe de 345 km/h. Dans la rubrique « Sélectionnez votre position de départ », trois solutions s’offrent à vous :

Si vous possédez une manette reconnue par le logiciel, la case « Joystick activé » est cochée. Cliquez sur le bouton « Démarrer le vol » pour commencer votre périple aérien.



Lorsque vous êtes dans les airs, vous ne rencontrez guère de difficultés pour manœuvrer votre appareil. En revanche, quand il s’agit de décoller, vous devez préalablement vous familiariser avec les raccourcis clavier du simulateur. Pour en prendre connaissance, pressez la combinaison de touches [Ctrl]+[H]. Des conseils pour décoller et atterrir sont également prodigués.
Pour quitter le sol, augmentez la poussée avec la touche [Page précédente]. L’avion s’élance sur la piste et prend de la vitesse. Tirez légèrement sur le manche du joystick pour lever le nez de l’appareil. Ce dernier devrait décoller sans problème. Pour mettre le simulateur en pause, pressez la touche [Espace] ; pour le quitter, appuyez sur la touche [Echap]. Bon voyage !

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Earth - La terre vue en 3D »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:19 par marlalapocket




Sujet 15086 - Google Earth - La terre vue en 3D

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

« PrécédentSuivant »
Sommaire


Qui n'a jamais rêvé de se retrouver dans un vaisseau spatial en orbite autour de la Terre et de contempler la Grande muraille de Chine, la forêt amazonienne ou la chaîne de l'Himalaya ? Si ce spectacle grandiose n'est malheureusement pas (encore) à la portée de 99,999 % de la population mondiale, nous pouvons tout de même en profiter un peu devant nos écrans d'ordinateur grâce à un fantastique logiciel appelé Google Earth.

Ce programme est en fait une mappemonde virtuelle que vous pouvez parcourir comme bon vous semble. Comme il ne s'agit pas d'un service Web, vous devez l'installer sur votre machine. Pour récupérer la dernière version de Google Earth, tapez http://earth.google.fr dans la barre d'adresse d'un navigateur Web.



Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 14 mai 2011 à 22:22 par Jeff
Ce document intitulé « Google Earth - La terre vue en 3D » issu de CommentCaMarche.net (CCM) (www.commentcamarche.net) est mis à disposition sous les termes de la licence Creative Commons. Vous pouvez copier, modifier des copies de cette page, dans les conditions fixées par la licence, tant que cette note apparaît clairement.




Sujet 15087 - iGoogle - Créer sa page d'accueil en 30 secondes

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Pour accéder au portail personnalisable de Google, cliquez sur le lien « iGoogle » situé dans le coin supérieur droit de la page d’accueil du moteur de recherche. L’interface du portail iGoogle apparaît aussitôt :



Étant donné que vous possédez déjà un compte Google, cliquez sur le lien « Connectez-vous ». Entrez votre adresse mail et votre mot de passe, puis cliquez sur le bouton « Connexion ». La page d’accueil iGoogle réapparaît.

Bien que vous n’ayez pas encore personnalisé l’interface, si vous possédez un compte Gmail, vous devriez apercevoir un bloc « Gmail » sur le bord gauche de la fenêtre. Toutefois, vous constatez qu’il demeure grisé et qu’il est impossible de cliquer dessus. Vous devez en effet choisir préalablement des centres d’intérêt. Pour cela, cochez les cases précédant les éléments qui vous intéressent.

Vous devez maintenant choisir un thème graphique. Sélectionnez le premier car il est neutre et reprend la charte des couleurs Google. Vous aurez tout le loisir d’en changer par la suite. Cliquez finalement sur le bouton « Afficher votre page » pour ouvrir votre page iGoogle :



Sous la zone de recherche, vous apercevez le message « Voulez-vous afficher iGoogle en page d’accueil ? ». Cliquez sur « Oui » pour que la page d’accueil du navigateur Web soit modifiée ; sinon, cliquez sur « Pas maintenant ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

iGoogle - Ajouter, modifier, partager et supprimer un onglet »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:13 par marlalapocket




Sujet 15088 - iGoogle - Ajouter, modifier, partager et supprimer un onglet

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Lorsque vous cliquez sur un onglet, son contenu apparaît aussitôt. Des modules par défaut ont été insérés en fonction de la thématique choisie. Si vous aviez par exemple coché « Actualités » comme centre d’intérêt, vous verrez dans l’onglet du même nom des informations provenant des sites Web du Figaro, du Nouvel Observateur, de Courrier International, etc. Chaque fois que vous cliquez sur un onglet pour afficher la page correspondante, la couleur des titres des modules varie. Elle passe du bleu au vert, au saumon, etc.

Si vous vous rendez compte que l’un des onglets ne vous intéresse pas, vous pouvez le supprimer. Pour cela, cliquez sur la petite flèche visible à droite du nom de l’onglet. Dans le menu déroulant qui s’est ouvert, choisissez « Supprimer cet onglet ». La suppression d’un onglet entraîne bien évidemment la destruction de ses modules.

Il est également possible de modifier l’aspect et le contenu d’un onglet en cliquant, comme précédemment, sur la petite flèche à droite de son nom et en sélectionnant « Modifier cet onglet ». Une page intitulée « Paramètres iGoogle » apparaît :



Les options des onglets sont situées dans la rubrique « Contenu » :

Les autres options de la page « Paramètres iGoogle » permettent de choisir la langue et la localisation de l’internaute (c’est par exemple utile de préciser cette information pour des gadgets météo). En cas de problèmes, vous pouvez aussi restaurer votre page iGoogle à la date de la dernière sauvegarde automatique. Il est possible de lancer une sauvegarde manuelle en cliquant sur le bouton « Sauvegarder ». Enfin, n’oubliez pas de valider les changements opérés sur cette page à l’aide du bouton « Enregistrer » situé sur le bord inférieur de la fenêtre.

Outre la suppression et la modification, un onglet peut être également partagé. Cette fonction est identique à celle autorisant le partage d’un gadget, excepté que – dans ce cas – tous les gadgets présents dans l’onglet sont listés dans le courriel envoyé aux personnes dont vous avez précisé l’adresse mail.

À terme, les onglets générés lors de la création du portail iGoogle ne seront peut-être pas suffisants et vous aurez sans doute envie d’en ajouter de nouveaux. Pour cela, cliquez sur le lien « Ajouter un onglet ». Dans la boîte de dialogue qui est apparue, saisissez son nom. La case « J’ai de la chance… » est cochée par défaut. Si vous la conservez telle quelle, Google essaiera de remplir le nouvel onglet avec des gadgets en rapport avec le libellé choisi.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

iGoogle - Ajouter, déplacer, configurer et supprimer des modules »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:18 par marlalapocket




Sujet 15090 - iGoogle - Ajouter, déplacer, configurer et supprimer des modules

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

À présent que vous savez manipuler les onglets, il est temps de nous intéresser à leur contenu proprement dit. Les gadgets s’exécutent dans des blocs que vous pouvez agencer comme vous le désirez. Lorsque vous positionnez la souris sur la barre de titre d’un module, le pointeur se transforme en quadruple flèche.



Maintenez alors le bouton gauche de la souris enfoncé et positionnez le gadget à l’endroit souhaité. Relâchez le bouton pour figer son emplacement (les autres modules sont réorganisés en conséquence). À noter que vous pouvez déplacer les gadgets entre onglets. Il suffit de faire glisser le module sur l’onglet cible.

À l’extrémité droite de la barre de titre de chaque bloc, vous apercevez trois petites cases. Un clic sur la croix supprime le gadget et un clic sur le signe « moins » le réduit. Pour le réafficher, cliquez sur le « + » qui a remplacé le « moins ». La troisième case, le triangle pointé vers le bas, déroule un menu contenant quatre entrées :

Il existe bien évidemment des centaines de gadgets. Ceux qui sont visibles dans les onglets n’en représentent qu’une infime partie. Pour récupérer de nouveaux gadgets, cliquez sur le lien « Ajouter des modules ». Une nouvelle fenêtre apparaît :



Vous disposez de deux solutions pour trouver des gadgets :

Une fois que vous avez trouvé un module intéressant, cliquez sur le bouton « Ajouter à ma page ». Pour quitter la galerie des gadgets, cliquez sur le bouton « <ital>Retour à l’accueil d’iGoogle ».

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

iGoogle - Changer de thème »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:18 par marlalapocket




Sujet 15091 - iGoogle - Changer de thème

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Lors de la création de votre portail personnalisé, vous avez choisi un thème sans vraiment avoir pu vous faire une idée précise du résultat final. Si vous êtes déçu ou lassé de votre thème, vous pouvez le changer. Pour cela, cliquez sur le lien « Sélectionner un thème ». La galerie des thèmes s’affiche :



Le choix d’un thème n’est guère compliqué. Vous pouvez les trier par popularité, nombre d’utilisateurs ou nouveautés. Ensuite, votre sensibilité artistique fera le reste… Lorsque vous avez trouvé un thème qui vous plaît, cliquez sur son bouton « Ajouter à ma page ». Vous retournez aussitôt dans iGoogle. Un message vous signale que le thème a changé. Vous pouvez alors revenir sur votre décision en cliquant sur le lien « Annuler ». Sinon cliquez sur le lien « Fermer » pour confirmer votre choix. Sachez enfin qu’il est possible d’assigner un thème différent à chaque onglet.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

iGoogle - Personnaliser son iGoogle »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:18 par marlalapocket




Sujet 15092 - iGoogle - Personnaliser son iGoogle

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Dès maintenant, vous pouvez profiter des nombreux outils et gadgets présents sur votre portail personnel. Pour commencer, vous constatez la présence d’un nombre plus ou moins important d’onglets. Ceux-ci correspondent aux centres d’intérêt que vous avez sélectionnés au moment de la création de la page iGoogle. Il est bien évidemment possible d’effectuer des opérations sur ces onglets.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Pack - Installer le pack »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:14 par marlalapocket




Sujet 15093 - Google Pack - Installer le pack

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Cochez les cases en regard des logiciels souhaités, puis cliquez sur le bouton « Télécharger Google Pack ». L’outil de mise à jour Google est copié sur le disque dur ; c’est lui qui se charge de rapatrier les fichiers d’installation des différentes applications. Lorsque tous les téléchargements sont achevés, cliquez sur le lien « Exécuter » pour installer une des applications du pack.



Une fois l’installation achevée, cliquez sur l’onglet « Logiciels installés » pour vérifier quels sont les programmes du pack effectivement présents sur votre système. Jetez également un œil sur l’onglet « Préférences », vous pouvez définir ici la fréquence de recherche des mises à jour du pack.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Pack - Découvrir le pack »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:14 par marlalapocket




Sujet 15094 - Google Pack - Découvrir le pack

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

À partir de l’outil de mise à jour Google, vous gérez les onze applications contenues dans le pack : utilisation, aide, désinstallation, mise à jour. Tous les logiciels sont installés de manière classique et sont donc disponibles, comme à l’accoutumée, dans le menu Démarrer. Outre la date d’installation et l’espace occupé sur le disque dur, vous pouvez connaître le numéro de version des programmes en cliquant sur leur nom.

Si vous vous posez des questions sur l’outil de mise à jour, cliquez sur Aide pour accéder à l’assistance en ligne de Google. Vous obtiendrez de nombreuses explications, notamment sur les options proposées dans l’onglet « Préférences ». Par ailleurs, Google modifie de temps en temps son pack et propose alors des applications supplémentaires. Cliquez sur le lien « Accéder à d’autres logiciels » pour en savoir plus.

Dans l’onglet « Préférences », vous avez le choix en ce qui concerne les mises à jour. Soit elles s’effectuent automatiquement sans aucune intervention de votre part, soit vous préférez simplement être averti des nouveautés. Dans ce cas, vous devez – de temps en temps – jeter un œil sur l’onglet « Mises à jour », afin de lancer éventuellement une actualisation.

Parmi les outils disponibles dans le pack, il y a fort à parier que vous utiliserez avant tout Picasa qui prend en charge toutes les photos et vidéos dispersées sur le disque dur. Lancez une recherche sur le nom des fichiers. Cette requête porte également sur les légendes (créez-les en double-cliquant sur les vignettes des photos). En outre, le volet de recherche avancée permet de filtrer les photos en fonction de leur date de prise de vue.

Google Desktop indexe, quant à lui, les fichiers de votre PC. Vous bénéficiez ainsi d’un moteur de recherche local. Lorsque vous lancez l’application, le formulaire de recherche s’affiche dans votre navigateur. Son utilisation est identique au champ de recherche Web de Google.

La barre d’outils Google s’affiche dans la fenêtre d’Internet Explorer ou de Firefox (tout dépend du navigateur que vous avez pour habitude d’utiliser). Son principal objectif est de faciliter l’accès aux outils Google. Il suffit par exemple de saisir un mot dans la zone de texte et de cliquer sur « Envoyer » pour lancer une requête sur le Web. N’hésitez pas à essayer les autres fonctions, comme par exemple la recherche dans l’actualité.

Certaines applications ont été développées par des grands noms de l’édition informatique. Google a ainsi récemment souhaité mettre l’accent sur la sécurité et Norton Security Scan a donc fait son apparition. Ce module permet de détecter et supprimer les virus, vers et chevaux de Troie ainsi que les logiciels espions et publicitaires indésirables présents sur l’ordinateur. Il est possible de planifier les analyses.

Spyware Doctor figure également dans le pack. Comme son nom l’indique, il traque tous les types de programmes espions. Google Pack fournit une version limitée dans ses fonctions, mais qui complète parfaitement les outils de sécurité déjà en votre possession.

Adobe Reader est présent dans le pack, tout comme le célèbre lecteur multimédia RealPlayer. Ce concurrent du lecteur Windows Media de Microsoft, diffuse la musique, les vidéos et les radios en ligne. Il n’est vraiment indispensable que si vous avez des vidéos au format Real.

Enfin, le logiciel de téléphonie Skype est intégré au pack. Cette application de communication directe et d’appels téléphoniques propose des prix très attractifs pour appeler des correspondants dans le monde entier.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Pack - La suite logicielle »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:17 par marlalapocket




Sujet 15095 - Google Pack - La suite logicielle

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

Fort d’une audience en constante augmentation, la société Google n’a aucune peine à attirer de nombreux partenaires enthousiasmés à l’idée de bénéficier de l’engouement que suscite le moteur de recherche. De cette dynamique a tout naturellement découlé le Google Pack. Il s’agit d’un florilège d’applications que vous pouvez télécharger et installer gratuitement. Certaines d’entre elles ont déjà été largement évoquées tout au long de cet ouvrage, les autres sont présentées ici. Pour télécharger le Google Pack, tapez http://pack.google.com/intl/fr/pack_installer.html dans la barre d’adresse de votre navigateur Web.



Sur cette page, vous trouverez toutes les informations indispensables sur le Google Pack (liste des logiciels disponibles et bref descriptif de leurs fonctionnalités principales). Ce n’est pas un problème si vous avez déjà installé sur votre ordinateur des programmes présents dans le pack. En effet, vous pouvez composer vous-même un pack à la carte, en sélectionnant les applications qui vous intéressent.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Google Labs »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:15 par marlalapocket




Sujet 15096 - Google Labs

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]

La société Google a un appétit insatiable et ne cesse d’innover, d’inventer, de créer de nouveaux services afin de susciter de nouveaux besoins. Sa grande force est de parvenir à se rendre indispensable. Pour satisfaire ses ambitions, la société a développé nombre d’outils dont nous avons déjà largement décrit les fonctions et les usages dans ce livre. Bien plus, Google a toujours un coup d’avance non seulement sur ses concurrents, mais également sur les utilisateurs de ses services. Pour parvenir à suivre le mouvement, il n’y a qu’une solution : visiter le laboratoire Google Labs.



Vous trouverez ici des descriptions détaillées des services actuellement en cours de développement ou d’évaluation. Vous pourrez également accéder à la version bêta de certains projets. Dans ce cas, une mise en garde sera affichée sur le site. En effet, comme toute version bêta, ces services peuvent ne pas être pleinement opérationnels et/ou faire éventuellement planter votre navigateur Web. Malgré tout, l’envie de découvrir l’avenir du Web prévaut souvent. Aussi n’hésitez pas à essayer ces nouveaux services.
Apprenez également à ne pas trop vous attacher à l’un des projets de Google Labs. En effet, certains d’entre eux peuvent être abandonnés à tout moment sans que vous en soyez avisé. Sachez toutefois qu’il s’agit d’un laboratoire auquel vous pouvez contribuer, car chaque activité est analysée par Google. En fonction de l’audience suscitée par un service, Google évalue s’il faut poursuivre ou non l’expérimentation. Plus un logiciel est téléchargé ou plus il y a de souscripteurs à un service, plus il y a de chances que celle-ci aboutisse. Cela avait été le cas pour Picasa et Gmail ; on connaît aujourd’hui le succès de ces deux produits.

Découvrir Google Labs


Dans la partie gauche de la page sont répertoriés les services en cours d’évaluation à l’heure actuelle. Cliquez sur l’un d’entre eux pour le découvrir. Google Recherche de code permet, par exemple, aux développeurs de dénicher des codes de programmation diffusés librement sur Internet.

Après évaluation du service, il est possible de laisser des commentaires qui seront par la suite exploités par Google afin d’améliorer le projet et surtout de mesurer l’engouement du public à son sujet.

Sous le nom d’un projet, cliquez sur le lien « Commentaires ». Vous pourrez alors rédiger un message (obligatoirement en anglais) que vous ferez parvenir à Google. Vous pouvez également cliquer sur le lien « Discussion » afin de lire les contributions que les autres utilisateurs ont déposées avant vous.

Dans la partie droite du laboratoire, vous apercevez un encadré intitulé « Les lauréats de Google Labs ». Dans cette section figurent les projets qui ont enthousiasmé les utilisateurs et qui passent dans une seconde phase d’évaluation à grande échelle. Ces services sont encore en version bêta le plus souvent, mais ils sont déjà plus aboutis et tiennent compte des commentaires des utilisateurs. Vous pouvez donc les utiliser en toute tranquillité.

Le texte original de cette fiche pratique est extrait de «Tout sur le web 2.0» (Capucine Cousin, Collection CommentCaMarche.net, Dunod, 2008)

Lire la suite

Pacman dans google »
Publié par ChristophePineau - Dernière mise à jour le 6 novembre 2009 à 13:16 par marlalapocket




Sujet 29148 - Pacman dans google

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Comment jouer à Pacman via Google ?



En premier lieu, il vous faut aller sur la page archivée où le Doodle est alors un Pacman :

Le jeu va se lancer après quelques secondes sur la page, les règles restent identiques à celles du Pacman original.
Pour jouer à deux joueurs, appuyez sur insert coin qui remplace l'habituel j'ai de la chance.

Commande joueur 1


Les touches pour jouer sont les flèches directionnelles.

Commande joueur 2


Les touches pour jouer sont A (gauche), D (droite), W (haut) et S (bas).

Lire la suite

Google - désactiver la recherche instantanée »
Publié par Alexis-pires - Dernière mise à jour le 27 juillet 2010 à 21:41 par Yann0u




Sujet 29652 - Google - désactiver la recherche instantanée

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Désactiver la recherche instantanée dans Google


Depuis quelques temps, Google a modifié son moteur de recherche pour que les résultats s'affichent au fil des touches frappées.

On peut néanmoins désactiver çela : il suffit de cliquer sur le lien en haut à droite du champ de recherche et de sélectionner « Désactivée (appuyez sur Entrée pour lancer la recherche) ».

Lire la suite

Désactiver les prédictions de requêtes dans la recherche Google »
Publié par le hollandais volant - Dernière mise à jour le 5 octobre 2010 à 10:56 par jee pee




Sujet 29653 - Désactiver les prédictions de requêtes dans la recherche Google

[ Voir ce sujet en ligne ] - [ Catégorie: Internet - Web - Moteurs de recherche - Google ]


Depuis quelque temps, Google a mis en place une nouvelle fonctionnalité qui affiche, pendant que vous écrivez, les résultats les plus demandés par les utilisateurs de ce moteur de recherche.

Toutefois, si vous n'êtes pas à l'aise avec cette nouvelle fonctionnalité, vous pouvez la désactiver.
Pour ce faire :

Lire la suite

Google News - Procurar notícias »
Publié par Carlos-vialfa - Dernière mise à jour le 27 septembre 2010 à 00:07 par krazykat





© Tous droits réservés 2010 Jean-François Pillou